Transports

Les riverains de la LGV Paris-Tours-Bordeaux interpellent de nouveau Vinci sur le bruit

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine et France Bleu lundi 2 octobre 2017 à 13:52

Les riverains demandent un changement dans le mode de calcul du bruit au passage des TGV
Les riverains demandent un changement dans le mode de calcul du bruit au passage des TGV © Maxppp - Benoit Felace/Courrier de l'Ouest

Les lignes TGV Paris-Tours-Bordeaux et Paris-Rennes ouvertes en juillet dernier sont beaucoup trop bruyantes, selon beaucoup de riverains. Ils se retrouvent tous à Sainte-Maure-de-Touraine (Indre-et-Loire) ce lundi, pour coordonner leurs actions, et leurs revendications.

Une réunion de coordination interrégionale qui regroupe les associations des différentes communes impactées par les lignes LGV Sud Atlantique et Bretagne se tient ce lundi à Sainte Maure de Touraine. Le principal sujet de discussion : les nuisances sonores que les 2 nouvelles lignes occasionnent chez les riverains. A ce sujet, les riverains interpellent directement Vinci et contestent les modes de calcul.

Les associations demandent à Liséa, le concessionnaire de la LGV, d'effectuer des mesures acoustiques là où c'est nécessaire, c'est à dire dans les communes où les riverains se plaignent du bruit. Les associations veulent aussi que ces mesures soient réalisées sur la durée, c'est à dire sur une semaine plutôt que sur 24 heures. Ils demandent aussi que les résultats soient communiqués dans le détail et pas seulement avec des moyennes. Le but étant de mesurer le niveau réel de décibels lors d'un pic, c'est à dire lors du passage d'un TGV. En Indre-et-Loire, une trentaine de riverains se sont manifestés auprès de leur mairie respective. Les associations veulent que la législation sur les nuisances sonores évolue dans l'avenir. Les députées Sophie Auconie (UDI) et Fabienne Colboc (LREM) se sont emparées du dossier.

On souhaite obtenir des murs de protection là où c'est nécessaire - Le maire de Villeperdue

Roland Mariau, le maire de Villeperdue et président de l'association des communes riveraines de la LGV en Indre-et-Loire, estime que Liséa doit s'engager à faire des mesures où il y a des plaintes de riverains. On veut des mesures supplémentaires pour limiter les nuisances subies.