Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les routiers bretons prêts à se mobiliser de nouveau contre l'écotaxe

-
Par , France Bleu Armorique

Le gouvernement prépare-t-il une nouvelle écotaxe ? Le nouveau ministre de la transition écologique François de Rugy explique qu'il travaille à une forme de "vignette visant à taxer les camions étrangers notamment". Les transporteurs routiers sont prêts à se mobiliser contre cette nouvelle taxe.

Pour le patron des transports Lahaye à Vern-sur-Seiche (35), pas question de payer une nouvelle taxe
Pour le patron des transports Lahaye à Vern-sur-Seiche (35), pas question de payer une nouvelle taxe © Radio France - Céline Guétaz

Vern-sur-Seiche, France

"Cette idée de vignette, c'est une écotaxe réchauffée", estime Patrick Lahaye, le patron de l'entreprise du même nom, installée à Vern-sur-Seiche, au sud de Rennes. Avec ces 600 camions et quelques 700 chauffeurs, il n'est pas question, pour le patron d'entreprise, de payer une nouvelle taxe : "nous payons déjà la TICPE, la taxe sur les produits pétroliers, nous payons aussi les péages routiers, les taxes à l'essieu, cela représente 10% de notre chiffre d'affaires, on n'a pas besoin d'une nouvelle taxe pour plomber notre compétitivité". 

Pour le patron, "c'est la TICPE qui devrait servir au financement des infrastructures sur les routes, or aujourd'hui, 49 milliards sont prélevés auprès des usagers de la route dont les professionnels, mais seulement 13,3 milliards sont affectés au financement de la route". Quant à taxer les camions étrangers sur les routes françaises, "juridiquement ce n'est pas possible" argumente encore le chef d'entreprise. Quand il fait circuler ses camions en Allemagne, ou en Belgique, Patrick Lahaye paye bien une écotaxe "mais dans ces deux pays, il n'y avait pas de péages, or en France, les péages me coûtent très cher". Le patron s'était déjà mobilisé en 2014 avec les bonnets rouges et il est prêt à manifester de nouveau.   

La FNTR Bretagne prête à mobiliser ses troupes  

En 2014, l'écotaxe avait finalement été abandonnée après les actions des bonnets rouges. Aujourd'hui, le collectif des acteurs économiques contre l'écotaxe et les transporteurs routiers bretons sont prêts à remobiliser les troupes. _"_Le niveau d'exaspération est à son maximum chez les routiers, nous pourrions très vite mobiliser nos troupes pour contester une nouvelle taxe", explique François Baudouin, le patron de la FNTR en Bretagne. 

Le patron est très critique concernant les déclarations du ministre de la transition écologique. "Le gouvernement nous balade avec des projets fiscalement pas tenables ou  juridiquement pas tenables, ou les deux. Nous ne comprenons pas à quoi ça rime. Par ailleurs, utiliser l'argument de l'accident tragique du pont de Gênes est un non-sens. On fait peur aux français, comme si en taxant les poids lourds, les ponts n'allaient plus s'effondrer", s'insurge le représentant de la fédération nationale des transporteurs routiers en Bretagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu