Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les services d'autopartage se bousculent pour remplacer Autolib' à Paris

jeudi 5 juillet 2018 à 5:06 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Renault, PSA, BMW, ADA...les candidats sont nombreux pour proposer des services de voitures en libre-service à Paris après la fin d'Autolib'.

La Ville de Paris et Renault s'associent pour un service d'autopartage de voitures électriques.
La Ville de Paris et Renault s'associent pour un service d'autopartage de voitures électriques. - Ville de Paris

Paris, Île-de-France, France

La place laissée libre par le groupe Bolloré et ses Autolib' ne va pas rester vacante longtemps. Renault a présenté mercredi son offre de véhicules en autopartage qui sera lancée en septembre à Paris. Et d'autres opérateurs sont sur les rangs pour proposer leurs services.

Premier à se lancer : le loueur de voitures ADA. Dès la mi-juillet, l'entreprise va proposer une cinquantaine de voitures électriques en libre-service dans les 11ème et 12ème arrondissements de Paris dans le cadre d'une expérimentation. En septembre Renault installera à son tour quelques centaines de véhicules. Puis ce sera autour de PSA d'ici la fin de l'année avec 500 voitures et BMW et Daimler sans doute au début de l'année prochaine.

Le "free floating" privilégié

Toutes ces services fonctionneront en "free floating", c'est-à-dire sans station. Les utilisateurs pourront les garer où ils veulent, que ce soit sur les emplacements Autolib' mais aussi sur les places de stationnements classiques. Pour ce faire, les opérateurs devront s'acquitter d'une redevance de 300 euros par voiture et par an auprès de la Ville de Paris. Une disposition votée mardi lors du Conseil de Paris. 

Cette flotte de voitures en free floating viendra compléter les services d'autopartage qui existent déjà. Ces systèmes dits "en boucle" (on emprunte et on rend la voiture au même endroit) sont plutôt destinés à des longues distances ou de plus longues durées. Les différents opérateurs déjà présents sur Paris comme Communauto ou Zipcar disent avoir enregistré une hausse des abonnements depuis l'annonce de la fin d'Autolib'.

A terme, la ville de Paris estime à 20 000 le nombre de véhicules partagés nécessaires pour satisfaire tous les besoins.