Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les taxis de Nancy entre colère et indifférence face à l'arrivée d'Uber

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

A partir de ce mercredi 25 septembre, les Nancéiens disposent d'une nouvelle option pour se déplacer. L'application Uber arrive dans la ville. Comment les taxis accueillent-ils cette concurrence ?

Près de 130 taxis circulent à Nancy. Ici, à la station devant la gare SNCF
Près de 130 taxis circulent à Nancy. Ici, à la station devant la gare SNCF © Radio France - Isabelle Baudriller

Uber débarque en Lorraine. L'application - qui permet en quelques clics sur son smartphone de commander une voiture avec chauffeur en connaissant le tarif à l'avance - est lancée ce mercredi à Nancy et à Metz. L'entreprise américaine indique disposer pour le moment d'une dizaine de chauffeurs-partenaires à Nancy, des indépendants dotés d'une carte professionnelle VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur) délivrée par la préfecture. 

"Cela fait plusieurs mois que nous préparons notre arrivée sur Nancy", explique Rym Saker, directrice de la communication Uber France. Les points forts de la ville ? Beaucoup d'étudiants et de touristes qui alimenteraient une activité de transport aussi bien le jour que la nuit, week-end compris. Selon Rym Saker, il existe un réel potentiel pour que d'autres chauffeurs les rejoignent. Leur rémunération : 9,15€ nets de l'heure. "C'est vraiment du net", insiste-t-elle, "une fois retirés tous les coûts liés au véhicule, à l'assurance, aux taxes diverses et les frais de service Uber."

Une dizaine de chauffeurs Uber pour le moment à Nancy

Près de 130 taxis circulent à Nancy. Comment accueillent-ils cette concurrence ? Dans l'indifférence pour Stéphanie Brouillier, à son compte depuis six ans. "Uber, ça marche à Paris, à Marseille. A Nancy, il n'y a pas assez de clientèle. Il va falloir que les chauffeurs fassent 15-20 heures pour survivre !" Un confrère, lui, ne voit pas arriver Uber d'un bon œil. "On a investi dans une licence qui vaut entre 100 et 120 000 euros et eux n'ont pas besoin d'acheter une licence comme nous." 

C'est de la concurrence tout à fait déloyale. Et avec la bénédiction de l'Etat, c'est ça qui est le pire !" - un taxi nancéien

Son collègue Gilles renchérit : "Il y a déjà les VTC et puis une partie des bus qui commencent maintenant à 5 heures du mat' jusqu'à 0h30..." Avec l'ouverture du service à Nancy et Metz, Uber est désormais présent dans 24 agglomérations en France

Choix de la station

À venir dansDanssecondess