Transports

Les TGV ne s'arrêteront plus à Beaune

Par Naïs Esteves et France Bleu Bourgogne, France Bleu Bourgogne mardi 15 septembre 2015 à 20:03

La gare de Beaune n'aure plus de halte TGV en janvier 2016
La gare de Beaune n'aure plus de halte TGV en janvier 2016 © Radio France - Naïs Esteves

Les TGV ne s'arrêteront plus à Beaune et Chalon-sur-Saône à partir d'avril 2016. A la place, la SNCF entend développer les réseaux de bus et les TER depuis Dijon.

Les deux seules haltes quotidiennes des TGV n'attirent pas assez de passagers. Alors, la liaison avec Dijon, souvent pour rejoindre Paris, devrait se faire uniquement en TER. Selon les jours, il y a entre quatorze et dix-sept liaisons régionales entre la ville aux Hospices et la cité du Palais des Ducs. Mais pour les passagers, c'était parfois pratique de se rendre directement à Paris en deux heures quinze par le TGV contre deux heures vingt-quatre en TGV et  TER et trois heures en voiture.

Au moment où les climats de Bourgogne sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco, Beaune s'attendait à voir débarquer des wagons de touristes. Alors la fin des haltes TGV, c'est une bien mauvaise nouvelle pour les commerçants de la ville.

"J'attends de voir"

Catherine Heitzmann, la co-pésidente de l'union des commerçants de Beaune a l'habitude de voir ces visiteurs le long de l'avenue du 8 septembre 1944 qui relie la gare au centre-ville. "Il y a quand même des gens qui s'arrêtent à Beaune, en venant de Dijon et avant, souvent, de partir dans le Sud ou en allant sur Paris." Alors sans TGV, "c'est compliqué", assure-t-elle. Il resterait le TER, plus long. Le taxi, plus cher. Et les cars, moins confortables.

"Il y a quand même des gens qui s'arrêtent à Beaune, en venant de Dijon et avant, souvent, de partir dans le Sud ou en allant sur Paris."

L'autre co-présidente de l'union des commerçants, Anne-Laure Létang s'attend déjà à une baisse de son chiffre d'affaire : "est-ce que ça sera que le train, je ne sais pas mais j'attends de voir. Si j'ouvre le dimanche, c'est grâce aux touristes alors ... on verra bien."

Pour rejoindre Paris à grande vitesse à partir de janvier 2016, il faudra alors faire comme le maire, Alain Suguenot, 50 kilomètres pour rejoindre Le Creusot ou bien se rendre à Dijon.