Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Transports

Les transports sur la « Place Publique » à Marseille

jeudi 28 septembre 2017 à 19:23 Par Hélène Battini et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

Place Publique, l'émission mensuelle de RCFM, en partenariat avec Corse-Matin a été enregistrée cette semaine à la foire de Marseille. Premier thème de cette nouvelle saison : les transports, diffusé ce vendredi de 12h10 à 13h sur notre antenne.

Place Publique "Transports" à la foire de Marseille
Place Publique "Transports" à la foire de Marseille © Radio France - Michelle Castellani

Corse, France

En matière de transports, la Corse est à la croisée des chemins, entre la création d'une compagnie régionale maritime, en cours, et le projet plus lointain, plus compliqué en tout cas, de création d'un métro aérien méditerranéen. Des lignes entre la Corse et 9 villes de l'arc méditerranéen. Des liaisons régulières entre la Corse, d'un côté, et de l'autre la Sardaigne, la Toscane, la Ligurie, la Catalogne ou encore les Baléares, c'est clairement une volonté politique de l'actuelle majorité territoriale.

L'ambitieux métro aérien en méditerranée

Un pari ambitieux, mais est-ce économiquement viable ? Des études sont au préalable nécessaires, répond Philippe Dandrieux, le président du directoire d'Air Corsica. « Étant donné qu’on est sur des tailles de démographies relativement faibles et qu’on est dans l’amorçage, on va présenter à notre conseil de surveillance d’octobre ou novembre, une étude de marché plus affinée avec des coûts qu’on a déjà proposé lors de précédents conseils pour qu’on ait un plan de route pour l’année 2018/2019. »

Des études sont donc à venir, même si pour l’heure les expériences sur l'Italie n'ont pas été concluantes. Philippe Dandrieux : « Parce-que nous étions pour l’essentiel toujours dans une vision touristique, c’est-à-dire une ouverture d’été, vous avez même des grands « low cost » européens qui ont fait du Rome/ Bastia, Vueling en particulier qui est la filiale de Iberia et British Airways, avec des tarifs à 53.75euros, extrêmement bas, ça n’a rien donné. »

"Le public a un rôle d’impulsion à jouer"

Prudence donc, mais cette volonté d'ouverture sur la Méditerranée, Jean-Christophe Angelini, le président de l'ADEC, la revendique même s'il n'est pas question, dit-il, de gaspiller l'argent public. « Le public a un rôle d’impulsion à jouer. Nous ne sommes pas dans une vision qui consiste à subventionner à perte de vue, comme on l’a vu pendant des décennies, la desserte de la Corse, au détriment des réalités économiques objectives. » Un métro aérien sur l'arc méditerranéen : viable ou pas ? Réponse dans un avenir…très proche.

Une pollution qui atteint des pics l'été et qui inquiète les riverains...

Autre sujet évoqué lors de cette émission Place Publique et qui concerne de très près les riverains des ports : la pollution provoquée par les gaz d'échappement des navires. Le problème se pose aussi bien dans le port de Marseille qu'à Bastia ou Ajaccio. D'énormes colonnes de fumée noire s'échappent des cheminées des navires à quai quelle que soit la compagnie. Une pollution qui atteint des pics l'été et qui inquiète les riverains. Les opérateurs en sont conscients et assurent chercher des solutions. Alain Mistre pour la Corsica Linea. « Nous avons demandé un audit par nos motoristes pour savoir qu’est-ce qui pouvait être amélioré pour éviter ce dégagement de fumée noire à la première combustion, quand les moteurs sont froids, c’est un combustible trop froid encore pour brûler entièrement, c’est pour ça que vous avez des résidus. On devrait avoir le rapport de l’étude la semaine prochaine. »

La Méridionale essaie aussi de remédier à cette pollution, et à terme envisage de se doter de navires hybrides ou à gaz. Victor Castellani directeur de la compagnie. « Nous avons beaucoup investi dans le branchement des navires à quai, nous sommes les premiers à le faire sur la plateforme de Marseille. Malheureusement pour l’instant en Corse on n’a pas la possibilité de le faire, mais l’avantage c’est qu’on arrive à quai on coupe complètement les moteurs, on se branche sur l’électricité et là vous n’avez plus rien. Ensuite on travaille sur l’hybride, y compris un système hybride avec des batteries pour passer en électrique quand on fait des manœuvres à quai. » En attendant, cap important, à partir de 2020 les compagnies seront contraintes d'utiliser un fuel beaucoup plus léger que celui utilisé aujourd'hui.

Réécoutez le débat :

Place Publique : Les transports