Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moins de TGV, les usagers réguliers de la ligne Poitiers-Tours obligés de prendre la voiture

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu Touraine

La SNCF ajuste son trafic pour faire face à la baisse de la fréquentation des trains. Mais pour ceux qui utilisent quotidiennement la ligne Poitiers-Tours, l'offre de TGV n'est plus du tout adaptée à leurs besoins. Ils prennent la voiture, à contre-cœur.

La gare le Poitiers le 29 mars 2021
La gare le Poitiers le 29 mars 2021 © Radio France - Manon Derdevet

La SNCF l'avait annoncé la semaine dernière : à partir de ce lundi 29 mars, le trafic ferroviaire est ajusté pour faire face à la baisse de la fréquentation des trains, due à la crise sanitaire et notamment aux mesures de confinement. Ainsi, le nombre de TGV en circulation entre Poitiers et Tours est réduit de moitié, ce qui n'arrange pas les "navetteurs", ces usagers qui font le trajet très régulièrement pour raisons professionnelles. "On a un train le matin pour aller travailler mais aucun le soir pour rentrer" déclare Fabien. A Poitiers, le dernier TGV pour Tours part désormais à 17h20. 

On a recours principalement à la voiture, en individuel et en covoiturage - Fabien

La solution la plus évidente pour Fabien : la voiture "en individuel et en covoiturage, bien qu'on soit convaincus qu'en ce moment, covoiturer n'est pas forcément la meilleure modalité. Mais on est obligés de s'adapter pour réduire les frais, sans quoi ce n'est pas tenable." Autre solution: dormir dans sa ville de travail, à l'hôtel, ce qui fait exploser le budget. "C'est quatre fois plus que ce qu'on dépense habituellement."

On a cette fatigue et ces risques supplémentaires - Fabien

Pour Fabien, ces solutions ne peuvent pas durer : non seulement ses frais augmentent, mais la fatigue s'accumule aussi, à cause de trajets bien plus usants en voiture qu'en train. "La voiture matin et soir, après des journées qui en ce moment sont bien remplies, c'est loin d'être la meilleure solution. On a cette fatigue et ces risques supplémentaires (...) ce qui nous fait peur, c'est qu'on ne voit pas d'issues."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess