Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Paris : manifestation des vélos-taxis pour réclamer un cadre légal

vendredi 10 novembre 2017 à 11:25 Par Émilie Defay, France Bleu Paris

Un rassemblement de vélos-taxis est prévu vendredi après-midi devant l'Hôtel de Ville de Paris. Les manifestants demandent à la mairie de faire le ménage dans ce secteur confronté à de nombreuses dérives.

400 vélos-taxis sillonneraient les rues de Paris
400 vélos-taxis sillonneraient les rues de Paris © Radio France - Emilie Defay

Paris, Île-de-France, France

Vélos trafiqués, touristes arnaqués, réglementation floue...c'est un peu la jungle dans le secteur des vélos-taxis à Paris. Une situation dénoncée par Gérald Lévy, président de l'Association française des exploitants de cyclotaxis (AFEC), qui représente près de 200 pilotes de vélos-taxis en France et appelle à manifester ce vendredi devant l'Hôtel de Ville de Paris.

"Il y a un ral-le-bol profond puisque 80% des véhicules qui circulent à Paris sont opérés par une sorte de mafia, accuse Gérald Lévy, par ailleurs cofondateur de Cyclopolitain, une compagnie de vélos-taxis. Ces gens font rouler des véhicules non homologués qui représentent une concurrence illégale". Ces conducteurs, pour la plupart originaires d'Europe de l'Est, sont par ailleurs à l'origine d'une arnaque bien connue. Ils annoncent un prix au départ et à l'arrivée, multiplie le tarif par le nombre de passagers.

Les vélos-taxis souffrent d'une mauvaise image

Cette pratique a sali le métier de vélo-taxi déplore Arthur, 30 ans, conducteur depuis deux ans. "Cela donne une très mauvaise image de l'activité. Le bouche-à-oreille fonctionne entre les touristes et on voit que ça marche beaucoup moins bien qu'avant". Le jeune homme transporte surtout des touristes étrangers, mais aussi des Français et même quelques Parisiens de temps en temps.

Lors d'un contrôle le 3 novembre sur les Champs-Elysées, 24 vélos-taxis ont été saisis par la police - Radio France
Lors d'un contrôle le 3 novembre sur les Champs-Elysées, 24 vélos-taxis ont été saisis par la police © Radio France - Emilie Defay

Pour tenter de mettre fin à ces dérives, la préfecture de police de Paris multiplie les contrôles. Lors de ces opérations, les agents vérifient que l'assistance électrique des vélos ne dépasse pas 250 Watt. Avec sa deuxième batterie, le vélo de Florin, un Roumain contrôlé le 3 novembre sur les Champs-Elysées, n'est pas dans les clous. Il est saisi par la police. Son propriétaire assure pourtant être en règle. Pour pouvoir travailler, il faut simplement le statut d'auto-entrepreneur et une assurance responsabilités civile.

Vide juridique autour des vélos-taxis

Il existe un vide juridique, qui complique la tâche des policiers reconnaît Tania Popov, commissaire à la division de la sécurité routière. "Comme ce métier existe depuis peu, c'est compliqué. On essaye de se raccrocher aux différentes législations qu'on a. Ces contrôles nous permettent d 'apprendre en constatant les dysfonctionnements qu'on rencontre au quotidien".

Pour mettre fin à ces dérives, certains demandent une vraie réglementation. L'AFEC en appelle à la mairie de Paris. "Ce qu'on demande, c'est que la Ville sélectionne les entreprises les plus vertueuses, celles qui disposent de garanties financières, explique Gérald Lévy. Cela aiderait la préfecture à cibler les contrôles. Nous faisons ces propositions depuis plus d'un an mais rien n'avance". Au-delà de la manifestation prévue ce vendredi, l'AFEC promet des actions jusqu'à obtenir gain de cause.