Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les voitures-radars débarquent en janvier 2020 en Loire-Atlantique et en Vendée

-
Par , France Bleu Loire Océan

Vingt voitures-radars vont circuler sur les routes de la région Pays de la Loire à partir de janvier 2020, payées par des sociétés privées. La sécurité routière, qui teste le dispositif depuis un an en Normandie, a décidé de l'étendre à notre région.

Les 20 voitures radar rouleront 6 heures par jour chacune.
Les 20 voitures radar rouleront 6 heures par jour chacune. © Maxppp - Leyla Vidal

Pays de la Loire, France

Les voitures-radars arrivent à partir de janvier 2020 en Loire-Atlantique et en Vendée. Des voitures banalisées qui rouleront sur nos routes et flasheront les excès de vitesse n'importe où, n'importe quand ! L'expérimentation a été menée depuis un an en Normandie. L'Etat la juge concluante. Elle est donc étendue à la Bretagne, le Centre-Val-de-Loire et les cinq départements des Pays de la Loire. 

"Il faut que les automobilistes ligériens le sachent, à partir de janvier, ils pourront être contrôlés partout."
- Emmanuel Barbe, délégué à la sécurité routière

20 voitures qui vont rouler six heures par jour, même le dimanche et à n'importe quelle heure, avec un radar automatique dans la calandre.  Et au volant, un conducteur payé par une société privée. En Normandie où le système est déjà en place, les 26 voitures-radars ont dépassé les 100.000 kilomètres le mois dernier. Elles ont flashé 6.800 fois en moyenne, ça ne fait que 10 flashs par jour

"On nous accusait de vouloir faire du fric, il n'en est rien"

"On nous accusait de vouloir faire du fric avec des vraies 'mitrailleuses', il n'en est rien", fait remarquer Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, sur France Bleu Loire Océan mardi matin. En revanche, l'effet "furtif" compense la signalisation des radars fixes et permet de responsabiliser en permanence les automobilistes.

L'Etat tient à rassurer, l'entreprise privée est payée au nombre de kilomètres parcourus et pas au nombre de flashs. Et elle n'a pas accès aux données d'infractions. Mais le système a connu quelques bugs au démarrage : le radar ne reconnaissait pas toujours s'il est sur une route limitée à 70 ou à 80. Problème résolu aujourd'hui, assure le ministère. 

Pour ces nouveaux radars le seuil de tolérance de la vitesse sera plus élevé : on pourra rouler jusqu'à 10 km/h au dessus de la vitesse autorisée. Ce n'est pas un cadeau de l'Etat, c'est juste que ces radars ont une marge d'erreur beaucoup plus élevée que les radars fixes.