Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les voitures-radars privées arrivent bientôt en Gironde

-
Par , France Bleu Gironde

45 voitures-radars privées vont arriver en Nouvelle-Aquitaine d'ici le troisième ou quatrième trimestre de l'année 2021. Ces voitures contrôleront la vitesse et seront dans les mains de particuliers qui travaillent pour une société privée.

Ces voitures-radars seront en service en Gironde d'ici le troisième ou quatrième trimestre de 2021.
Ces voitures-radars seront en service en Gironde d'ici le troisième ou quatrième trimestre de 2021. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

En plus des radars fixes et des gendarmes sur le bord de la route, il faudra bientôt faire attention aux voitures qui roulent à côté de vous, en Gironde et a fortiori en Nouvelle-Aquitaine. 45 de ces voitures avec un radar embarqué vont sillonner les routes de notre région d'ici le troisième voire quatrième trimestre de l'année 2021 et c'est une entreprise privée qui va s'en occuper. L'entreprise GSR, d'après France 3, a remporté l'appel d'offre pour 16,5 millions d'euros sur quatre ans. Ces voitures vont servir à contrôler la vitesse des automobilistes girondins.

Des voitures qui flashent sans flash

Pour pouvoir sillonner les routes de Gironde huit heures par jour, sept jours sur sept et c'est pour cela qu'une entreprise privée va s'en occuper. Les voitures sont banalisées mais il y a un radar à l'avant et un à l'arrière sans pour autant qu'il y ait de flash. Afin de ne pas être repérés, les conducteurs passent d'un département à l'autre en suivant des parcours définis par les préfectures en fonction des routes où il y a le plus d'accidents.

Tout le monde peut conduire ces voitures. Il faut seulement avoir un permis depuis trois ans et au moins 10 points. Les entreprises privilégient les profils qui ont de l'expérience dans la sécurité ou dans l'ordre public. 

Pas de rémunération au nombre de voitures flashées

Le ministère de l'Intérieur assure que les conducteurs seront payés, non pas en fonction du nombre de voitures flashées mais plutôt en fonction de kilomètres fixés par l'État. Pour Philippe Dosba, le secrétaire régional adjoint du syndicat de police Alliance, ces contrôles sont incomplets car, comme avec les radars automatiques, il est impossible de savoir si les conducteurs sont sous l'emprise de drogues ou de l'alcool et "il y aura de la déperdition dans les contrôles". L'avantage de ce dispositif d'après le ministère de l'Intérieur, c'est qu'il y aura plus de forces de l'ordre sur le terrain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess