Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les voyageurs du TGV Tours-Paris obligés de circuler à bord de rames bondées en pleine épidémie de Covid-19 ?

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

Deux trains circulant aux heures de pointe entre Tours et Paris viennent de passer d'une rame double à une rame simple. Les usagers redoutent de voyager dans des trains bondés en pleine épidémie de Covid-19. La SNCF évoque une baisse de la fréquentation pour justifier cette décision.

TGV
TGV © Radio France - Aurélie Lagain

Les usagers du TGV Tours-Paris s'inquiètent de la décision de la SNCF de passer, à partir de ce lundi, de deux rames à une seule. Deux TGV Tours-Paris sont concernés, deux trains qui circulent en heures de pointe, le premier en direction de Paris à 7h54, le deuxième en direction de Tours à 18h. Pour Pierre-Edouard Deldique, un usager, la réduction de rames aurait d'ailleurs débuté dès la semaine dernière. 

Lui habite Tours mais il prend ce TGV trois fois par semaine pour aller travailler à Paris. Il a constaté de grosses difficultés depuis la réduction de rames. "Les voyageurs sont plus serrés dans la rame qui reste. Il reste des carrés bondés, avec des distanciations qui n'existent plus, des gens qui téléphonent et enlèvent le masque". 

La SNCF parle d'une perte de fréquentation sur cette ligne de 30%

L'association des abonnés du TGV Tours-Paris demande à pouvoir accéder à la première classe en cas de forte affluence. De son côté, la SNCF justifie cette décision par une perte de fréquentation de 30% sur cette ligne depuis la fin du confinement. Malgré cette réduction de rames, le service communication de la SNCF assure que le nombre de places disponibles ne va diminuer que de 10%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess