Transports

A Lespinasse, pour ne plus regarder passer les trains, les habitants manifestent avec une vache

Par Rémi Vallez, France Bleu Toulouse samedi 15 octobre 2016 à 19:43

"Mignonne", une vache Montbéliarde de 700 kilos, un soutien de poids pour les habitants de Lespinasse.
"Mignonne", une vache Montbéliarde de 700 kilos, un soutien de poids pour les habitants de Lespinasse. © Radio France - Rémi Vallez

Privés de halte ferroviaire depuis toujours et non desservis par les futures lignes TER du Nord toulousain qui vont voir le jour en parallèle de l'arrivée de la LGV, les lespinassois ont manifesté samedi après-midi dans les rues de leur commune. Avec, en tête de cortège.... une vache Montbéliarde.

Après les silhouettes de vaches en aluminium disposées à divers endroits de la ville, les vaches, pour de vrai. Mignonne, cette Montbéliarde de 700 kilos prêtée pour l'occasion par un éleveur du coin, bat elle aussi le pavé au milieu de la centaine de personnes réunie cet après-midi pour réclamer une halte ferroviaire à Lespinasse. Une manière de marquer le coup pour Christophe Duffréchou, un des portes-paroles du collectif "Une halte, sinon gare ", à l'origine de la mobilisation. "On en a assez d'être comme des vaches, à ne rien pouvoir faire d'autre que de regarder passer les trains. Beaucoup de lespinassois travaillent à Toulouse et passent souvent près d'une heure en voiture sur la départementale totalement saturée alors qu'il n'y a qu'une vingtaine de kilomètres entre les deux villes. Être mis de côté de la sorte, ce n'est pas normal".

32 000 voitures traversent chaque jour la commune, la route est saturée, alors qu'il suffirait d'une simple halte, d'un petit arrêt d'à peine trois minutes ! Laurent, habitant de Lespinasse.

Laurent, qui vit depuis 25 ans à Lespinasse mais travaille à l'hôpital de Purpan, confirme : "Ça devient de plus en plus intenable. 32000 voitures traversent chaque jour la ville ! Pour nous changer la vie, il suffirait d'une simple halte, d'un arrêt d'à peine trois minutes à la SNCF, mais non ! En plus, on nous prive d'un moyen écologique de rejoindre le centre-ville toulousain en à peine quinze minutes..."

Sur le chemin de la manifestation, Mignonne a retrouvé une de ses congénères en aluminium, installée sur ce rond-point à l'entrée de Lespinasse depuis le mois de juin. - Radio France
Sur le chemin de la manifestation, Mignonne a retrouvé une de ses congénères en aluminium, installée sur ce rond-point à l'entrée de Lespinasse depuis le mois de juin. © Radio France - Rémi Vallez

D'autant que cette mise à l'écart pourrait bien s'accentuer : la commune est la seule ville du Nord toulousain traversée par les futures lignes TER qui doivent être activées en marge de la LGV à ne pas disposer de halte ferroviaire. Le chantier nécessaire à son installation est estimé comme trop coûteux par la SNCF. Alors que le maire de Lespinasse Bernard Sancé - présent dans le cortège au même titre que ses homologues de Castelnau d’Estrétefonds, Fenouillet et Saint-Alban - doit rencontrer lundi prochain la présidente de la Région Occitanie Carole Delga pour évoquer ce dossier, les portes-paroles du collectif "Une halte, sinon gare" ont annoncé la couleur : si la situation n'évolue pas, ils se disent "prêts à durcir le ton", et délaisser les coups de com', pour les opérations coup de poing...

Partager sur :