Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Lesquin : un simulateur de vol pour gérer la peur de l'avion

mercredi 6 juin 2018 à 3:33 Par Hajera Mohammad, France Bleu Nord et France Bleu

Depuis le début de l'année, la société Immersiv à Lesquin, près de Lille, propose des stages avec simulation de vols. Objectif : soigner l'aviophobie, la peur de l'avion.

Valérie Damidot teste le simulateur de vol d'Immersiv à Lesquin
Valérie Damidot teste le simulateur de vol d'Immersiv à Lesquin - Alexia Lebourg (Immersiv)

Lille, France

"Un voyageur sur deux est concerné par l'aviophobie", explique le commandant Arnaud Dechavanne. Pilote de ligne depuis vingt ans, il anime les stages à Immersiv depuis le début de l'année. Cette société basée à Lesquin près de Lille propose des stages et des simulations de vols pour aider ces personnes qui ont peur de l'avion et de voyager à bord, à mieux gérer leur angoisse.

Simuler un crash

Il y a différents degrés dans l'aviophobie. Ça va du petit stress ressenti au moment du décollage, quand on s'agrippe aux accoudoirs du siège, à la grosse crise de nerf, de tachycardie, comme l'expliquent les cinq stagiaires qui ont participé à cette journée. Ils ont déboursé chacun 395 euros au total. Parmi eux, la présentatrice de télévision, Valérie Damidot, venue elle aussi vaincre sa phobie de l'avion.

À l'intérieur des locaux d'Immersiv à Lesquin - Radio France
À l'intérieur des locaux d'Immersiv à Lesquin © Radio France - Hajera Mohammad

La journée commence avec une psychologue qui les aide à déterminer l'origine de leur angoisse (la claustrophobie dans de nombreux cas). Et l'après-midi, on passe à la simulation de vol. Tout le monde embarque dans le cockpit d'un A320 piloté par Arnaud Dechavanne. "Combattre le mal, par le mal", c'est la philosophie de ce vol simulé : les orages éclatent, la grêle aussi, l'avion tangue, les voyageurs se crispent. Et puis soudain, la chute. L'avion se crashe. Finalement, tout se finit bien, pas de blessés, car les ordinateurs ont rattrapé les couacs. 

L'avion, moyen de transport le plus sûr

C'est l'objectif : que l'aviophobe apprenne à faire confiance à l'appareil, à ses capacités. Qu'il réalise par exemple, que si un moteur lâche, l'avion peut tout à fait continuer à voler avec l'autre moteur seulement, et surtout qu'il intègre cette réalité une bonne fois pour toutes  : l'avion reste le moyen le plus sûr de voyager. L'année 2017 a même été une année record avec seulement 44 personnes décédées dans des accidents d'avion, sur un peu plus de 3 milliards de voyageurs. Il est plus dangereux de monter sur un escabeau pour changer une ampoule : 1 200 personnes sont mortes ainsi, l'an dernier.