Transports

LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse : les anti reprennent espoir

Par Florence Pérusin, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Toulouse et France Bleu vendredi 5 août 2016 à 6:00

Le gouvernement juge ces lignes "urgentes et nécessaires"
Le gouvernement juge ces lignes "urgentes et nécessaires" © Radio France -

Le compte à rebours se termine pour les anti-LGV. Vendredi soir s'achève le délai légal pour déposer un recours contre les lignes Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse. Deux lignes soutenues bec et ongle par le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies, qui les juge "nécessaires et urgentes".

Le 5 juin dernier, le landais Alain Vidalies signait la fameuse Déclaration d'Utilité Publique concernant ces deux lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, malgré l'avis défavorable d'une commission d'experts. Une décision qui avait déclenché un soulèvement quasi instantané des opposants, dénonçant un déni de démocratie.

A ce jour, ces opposants ont déposé six recours au total devant le Conseil d'Etat, dont un, celui de l'avocat bordelais Pierre Hurmic, qui a selon l'élu bordelais lui-même, "de bonnes chances d'aboutir."

Une évolution récente de la jurisprudence

En effectuant des recherches dans la jurisprudence récente du conseil d'état, l'avocat est tombé sur un avis providentiel du conseil datant du mois d'avril dernier, et sur lequel il fonde désormais tous ses espoirs :

Le conseil d'état estime désormais que les DUP des grands projets doivent être assortis de leur financement, ce qui n'est absolument pas le cas ici.

Coût pharaonique

Le financement de ces deux projets est estimé aujourd'hui à 9 milliards d'euro. Mais pour l'instant, le bouclage n'a pas démarré, les finances de l'Etat étant exsangues, et celles de nombreuses collectivités également.

Les opposants avaient promis avant l'été de faire de ce projet s'il allait plus loin un nouveau Notre-Dame des Landes. Aujourd'hui, ils sont optimistes et estiment que le dossier se règlera de lui même devant les tribunaux.