Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

LGV Bordeaux - Toulouse : il va falloir être très patient selon le rapport Duron

-
Par , , France Bleu Occitanie

Le Conseil d'orientation des infrastructures, qui a rendu ce jeudi matin son rapport à la ministre des Transports, retient la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse mais propose de saucissonner sa construction, et d'étaler les travaux dans le temps.

LGV Bordeaux - Toulouse : il va falloir être très patient selon le rapport Duron
LGV Bordeaux - Toulouse : il va falloir être très patient selon le rapport Duron © Maxppp -

On l'espérait pour 2024, ce sera peut-être pour 2037... !  C'est en tous cas  ce que préconise le Conseil d'orientation des infrastructures, qui a remis son rapport ce jeudi matin à la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Le document de 70 pages fait le tri entre les grands projets à réaliser en matière sur les routes, voies ferrées et fluviales dans les 20 prochaines années. Si la construction d'une LGV Bordeaux - Dax y est reportée aux calendes grecques, la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse y figure bien. Elle est en revanche reportée et réduite.

Initialement prévue pour 2024, reportée à 2037 au plus tard

L'échéance de 2024, évoquée jusqu'à présent pour la mise en service de la ligne, est à oublier. Au plus tôt, en fonction des scénarios de financement retenus par le rapport, la ligne à grande vitesse arrivera à Toulouse en 2027, au plus tard en 2037. Un scénario intermédiaire la fait arriver en 2032.

Bordeaux - Toulouse saucissonné

Le conseil rappelle en préambule que "tout n'est pas possible", et propose de segmenter :

  • la priorité des priorités c'est l'aménagement des entrées au nord de Toulouse et au sud de Bordeaux pour permettre l'accès des trains à grande vitesse et des trains du quotidien
  • dans un 2e temps viendrait la création du tronçon Toulouse - Agen, qui coûterait 1,4 milliard d'euros
  • le tronçon Bordeaux - Agen, un peu plus cher, serait lui reporté au-delà de 2037.

Le projet est sauvé mais "2037 c'est tout de même un peu loin"

Pour le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, le projet de ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse est sauvé, ses modalités peuvent être améliorées. "Le projet n'est pas enterré alors qu'il menaçait de l'être il y a quelques mois du fait de la position du gouvernement (...). Pour autant, je pense que cet avis n'est pas tout à fait satisfaisant, d'abord parce qu'il propose de scinder les opérations." 

"Moi je pense qu'il faut faire tout d'un seul tenant : aménager les noeuds ferroviaires de Bordeaux et de Toulouse et le tronçon Bordeaux - Toulouse (...) et qu'il faut que le calendrier de réalisation soit rapproché. 2037 c'est tout de même un peu loin", explique le maire de Toulouse.

La présidente du Conseil régional d'Occitanie, Carole Delga, est l'invitée de France Bleu Occitanie ce vendredi matin à 7h50.

La ministre des Transports Elisabeth Borne doit annoncer ses choix fin février, avant que le Parlement ne se saisisse du dossier, la loi de programmation des mobilités devant être présentée au printemps.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu