Transports

LGV : le gouvernement valide Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax

Par Julie Guesdon et Xavier Ridon, France Bleu Gironde, France Bleu Toulouse et France Bleu samedi 26 septembre 2015 à 17:12

Des trains à grande vitesse pourront circuler entre Bordeaux, Dax et Toulouse
Des trains à grande vitesse pourront circuler entre Bordeaux, Dax et Toulouse © Max PPP

Le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesses (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, dans le cadre du Grand projet ferroviaire du sud-ouest (GPSO), selon les annonces ce samedi du ministre des Transports Alain Vidalies.

Le projet était prêt à dérailler mais finalement les deux LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax vont pouvoir voir le jour. Le gouvernement a validé la réalisation des lignes à grande vitesse. France Bleu vous révélait que le ministre des Transports, Alain Vidalies, restait favorable à ce projet. La confirmation est arrivée ce samedi après-midi.

► Consultez la carte interactive du tracé LGV du Grand Projet Sud-Ouest

"J'ai averti aujourd'hui Alain Rousset, Alain Juppé et Martin Malvy de la décision prise par le gouvernement de continuer la procédure GPSO sur les deux lignes vers Toulouse et vers Dax, sur laquelle la commission d'enquête publique avait émis un avis négatif", a indiqué le ministre.

Le coût de la création de ces 327 km de lignes nouvelles est estimé à 8,3 milliards d'euros. Les travaux devraient durer de cinq à sept ans. Bordeaux-Toulouse doit être mis en service en 2024 et Bordeaux-Dax en 2027. Ces deux lignes LGV entrent dans le cadre du grand projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO). Une enquête publique avait pourtant rendu un avis négatif en mars dernier.

"Le gouvernement décide, pas la commission d'enquête"

Deux hommes ont particulièrement le sourire. Alain Juppé, maire de Bordeaux, était aux journées d'été de l'UDI qui se déroulait  dans sa commune girondine. Il s'est montré très satisfait de cette décision.

"C'est une très bonne nouvelle. Nous avons unis nos efforts pour que cette décision nous permettre de poursuivre ces lignes à grande vitesse. C'est absolument nécessaire pour la cohérence du grand projet sud ouest. Il y a eu un avis négatif mais c'est le gouvernement qui décide, pas la commission d'enquête." a commenté Alain Juppé

Alain Juppé heureux de la décision du gouvernement sur les LGV. - Radio France
Alain Juppé heureux de la décision du gouvernement sur les LGV. © Radio France - Xavier Ridon

L'avis négatif de l’enquête publique a été rendu en mars dernier et mettait à mal ce projet s'inquiétant de son financement, de son impact environnemental. Mais ça c'est le passé pour le président socialiste de la région Aquitaine, Alain Rousset.

"Allions-nous refuser un élément qui permet de dynamiser l'emploi et permet de favoriser la vie des uns et des autres ? Ce que nous faisons là est un chantier pour un siècle... un siècle et plus..." se réjouit le socialiste.

Un député PS dénonce le "clientélisme politique"

Son clan se déchire autour de ces projets. Le député du Sud Gironde, Gilles Savary était d'abord un partisan de ce projet avant de tourner casaque pour devenir un des principaux opposants. La hache de guerre n'est pas prête de s'enterrer.

"Je suis consterné par ce qui se passe mais pas surpris. Cette ligne va ériger un triangle ferroviaire de 4 kms de côté sur une des zones de biodiversité les plus précieuses de France. Je suis déçu à la  mesure du jeu de massacre que ça constitue pour des raisons de clientélisme politique"

Il parle aussi de "caprice de grands élus". A la veille des élections régionales en décembre, son président de région, qui est candidat, appréciera.

LGV autour de Bordeaux : réaction sans concession de Gilles Savary (PS)