Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

LGV : les mesures de bruit ont commencé en Charente-Maritime

mardi 3 octobre 2017 à 19:01 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle

Les mesures de bruit ont commencé en Charente-Maritime. 6 communes du sud du département sont traversées par 20 km de la nouvelle ligne LGV. Les riverains se plaignent des nuisances sonores. Les premiers résultats sont attendus début novembre.

Les riverains se plaignent du bruit généré par le passage de 66 TGV par jour à 300 km/h
Les riverains se plaignent du bruit généré par le passage de 66 TGV par jour à 300 km/h © Maxppp - Benoit Felace

Clérac, France

Les premières mesures acoustiques ont eu lieu le 25 septembre sur le trajet de la LGV dans trois communes du sud de la Charente-Maritime : Neuvicq, Montguyon et Boresse-et-Martron. Elles se sont poursuivies ce mardi 3 octobre 2017 à Montguyon et Saint-Martin-d'Ary. Elles commenceront dans quelques jours à Clérac. Six communes du département sont traversées par 20 kilomètres de la nouvelle ligne LGV et depuis sa mise en service le 2 juillet dernier, certains riverains se plaignent du bruit lors du passage des 66 trains par jour à 300 kilomètres heures.

Lisea avait prévu 5 mesures de bruit, il y en aura 23

Lisea, l'exploitant de la ligne avait identifié avant la construction des risques sonores importants dans certaines communes : une centaine de kilomètres de merlon (butte de terre pour faire écran au bruit) ont été érigés sur l'ensemble de la ligne entre Tours et Bordeaux. Les modélisations de bruit indiquaient qu'à d'autres endroits, les nuisances sonores pourraient approcher la limite autorisée.
C'est ce qui doit être vérifié avec les mesures acoustiques en cours. L'exploitant avait prévu 5 points de mesure en Charente-Maritime, les maires des communes concernées en ont obtenu 18 supplémentaires suite à une série de réunions de concertation. Ce sont donc 23 relevés qui vont être effectués dans le département avec des capteurs installés à 2 mètres de haut, et à 2 mètres de la façade la plus exposée à la ligne.

Des mesures acoustiques avec des micros à deux mètres de haut - Aucun(e)
Des mesures acoustiques avec des micros à deux mètres de haut - Lisea

Des mesures moyennes qui ne conviennent pas aux riverains

Les mesures vont permettre de vérifier si la norme de 60 décibels en moyenne par 24h de jour, et 55 décibels à partir de 22h est respectée. "Si elle ne l'était pas, nous prenons l'engagement de venir très rapidement faire les études nécessaires pour mettre en oeuvre des protections acoustiques" indique Thierry Charlemagne, le directeur environnement et développement durable de Lisea. "Un engagement valable jusqu'à la fin de la concession, jusqu'en 2061 et si pour une raison ou pour une autre le bruit devait augmenter, on reviendra sur site pour faire des nouvelles mesures" ajoute-t-il.
"60 décibels, c'est l'équivalent d'une conversation normale" précise Thierry Charlemagne. Les premières mesures acoustiques seront connues début novembre, mais l'exploitant ne doute pas que les normes soient respectées : "la norme prend la moyenne entre des pics lors du passage des TGV, et des laps de temps qui peuvent être de 20 mn, 1/4 d'heure, voire 5 mn entre deux trains où il n'y a que du bruit ambiant" explique Thierry Charlemagne "si la norme prévoyait de mesurer les crêtes, on viendrait mesurer les crêtes, mais pour l'instant la norme ne le prévoit pas". Or ce sont les pics qui gênent les riverains, ils peuvent aller jusqu'à 80 décibels.
Guy Pasquet le maire de Clérac, une des 6 communes concernées a recueilli une dizaine de plaintes écrites dans sa commune "ces réclamations il faudra les prendre en compte" dit-il. Il annonce que la coordination des élus des communes traversées par les deux lignes LGV Pays de Loire-Bretagne, et Sud Atlantique réfléchit à une manifestation qui devrait avoir lieu le même jour partout. La date n'est pas encore définie.