Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

LGV Toulouse-Bordeaux : la justice rejette l'utilité du tronçon Nord-Toulouse

mardi 19 juin 2018 à 18:46 Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde et France Bleu Occitanie

Le Tribunal administratif de Toulouse a rendu ce lundi une décision dans le sens des opposants à la Ligne à Grande Vitesse entre Toulouse et Bordeaux. En cause, un coût disproportionné pour un tronçon d'une vingtaine de kilomètres par rapport à son utilisation.

Après l'annulation de la Déclaration d'utilité publique autour de Bordeaux, c'est à la portion Toulouse/St-Jory de se voir retoquée.
Après l'annulation de la Déclaration d'utilité publique autour de Bordeaux, c'est à la portion Toulouse/St-Jory de se voir retoquée. © Maxppp - Xavier de Fenoyl

Toulouse, France

Les opposants au projet de LGV entre Toulouse et Bordeaux bombent le torse. Le Tribunal administratif vient de donner raison à l'association Alternative LGV qui contestait la déclaration d'utilité publique (DUP) du tronçon Nord-Toulouse, entre la Ville rose et St-Jory. "C'est une très belle victoire, se félicite Raymond Girardi, son co-président. Déjà le Tribunal administratif de Bordeaux avait annulé une DUP au motif qu'elle ne comprenait pas de plan de financement. Là, le Tribunal administratif de Toulouse va encore plus loin, il considère qu'il n'y a pas de plan de financement, mais en plus il est précisé que l'investissement très important de ce tronçon est surdimensionné par rapport à l'utilité pour les citoyens. Donc une disproportion entre l'investissement et l'utilité publique".

La réaction de Raymond Girardi à la décision du Tribunal administratif de Toulouse

Une décision "sur le fond" pour les opposants

Raymond Girardi défend, plutôt qu'une nouvelle ligne "estimée à 10 milliards par un cabinet d'études toulousain", une rénovation des voies actuelles "pour permettre aux TER de circuler, et aux TGV de rouler non pas à très grande vitesse, mais déjà à grande vitesse". Il chiffre cette alternative à 2 milliards, et salue une décision du tribunal toulousain qui selon lui renforce la position des opposants : "Le tribunal rejoint sur le fond notre position. C'est le choix qui doit être fait maintenant entre la folie d'une ligne nouvelle à un coût démesuré, et l'aménagement de l'existant. Il va falloir maintenant que le Gouvernement révise sa copie pour être un peu sérieux". Concernant la DUP de la portion bordelaise, Élisabeth Borne avait annoncé la décision de l'État de faire appel, reste à voir s'il en sera de même pour la portion Toulouse/St-Jory.