Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Ligne Amiens-Paris : "Depuis 20 ans, on entend : on est en situation de crise, ça va s'améliorer"

-
Par , France Bleu Picardie

Jusqu'au 18 mai, la SNCF vous propose de découvrir les coulisses des gares des Hauts-de-France. France Bleu Picardie en profite pour faire le point sur les déplacements en train avec le nouveau président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports dans la région.

Michel Magniez a pris la tête de la FNAUT début avril 2019.
Michel Magniez a pris la tête de la FNAUT début avril 2019. © Radio France - Noémie Philippot

Somme, France

Vive le train ! C'est le nom de l'opération de la SNCF qui se déroule jusqu'au 18 mai dans les Hauts-de-France. À Amiens par exemple, vous pouvez visiter le technicentre ou découvrir les coulisses de la gare. À cette occasion, Michel Magniez, le nouveau président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT) dans les Hauts-de-France fait le point sur les difficultés et les changements à venir sur le réseau ferroviaire dans la région. 

La ligne Amiens-Paris toujours "en situation de crise"

"La SNCF dit depuis des années qu'on vit une situation de crise. On nous promet une amélioration du fait que la région a commandé dix nouvelles rames qui vont arriver d'ici quelques mois." explique Michel Magniez, mais les faits sont là : "On regrette que depuis dix voire vingt ans, on entend à chaque fois "on est en situation de crise, c'est temporaire, ça va s'améliorer."  Il y a quasiment tous les mois _plus de 13% des trains sur Paris-Amiens qui sont en retard._" Les usagers peuvent être remboursés d'une petite partie de leurs frais, mais "ils veulent vraiment avoir ce qu'on appelle le triple A : être avertis, arriver à l'heure, pouvoir être assis."

Amiens - Lille en moins d'une heure à partir du 15 décembre 

Des changements d'horaires sont aussi prévus sur de nombreuses lignes à partir de mi-décembre 2019, avec "des choses très positives" estime Michel Magniez, "notamment le fait qu'Amiens-Lille pourra être fait en moins d'une heure avec un aller-retour par jour." Le matin, le train partir à 6H43 et arrivera à 7H39 à Lille. Le train de retour partira de Lille à 19H21 pour une arrivée à Amiens prévue à 20H19. 

"On pourra aller beaucoup plus facilement d'Amiens à Calais, avec 14 allers-retours par jour environ. Amiens-Rouen sera également amélioré." explique le président de la FNAUT. Sur la ligne Amiens-Poix, le dernier départ est repoussée à 20H28. 

En revanche, ces changements génèrent quelques inquiétudes pour Michel Magniez : "On a des inquiétudes pour Corbie : les habitants vont désormais avoir des correspondances pour aller à Lille, ce qui n'était pas le cas actuellement." Sur la ligne Paris-Amiens, le dernier train est avancé à 22H07 au lieu de 22H28. 

Fermeture de guichets en gare d'Amiens : "il faut que ce projet soit abandonné" 

À partir du premier juin, il n'y aura plus que deux guichets d'ouverts en gare d'Amiens, quelque soit l'heure de la journée. "Il faut absolument que le projet de n'ouvrir que deux guichets soit abandonné. Les usagers ne peuvent même pas envisager ça, ou alors est-ce qu'on veut voir des files d'attentes de 20, 30, 40 personnes ?" Même si on peut prendre la majorité des billets en ligne, "c'est très compliqué de prendre un billet aujourd'hui" estime Michel Magniez. "Il faut vraiment qu'il y ait des personnes aux guichets pour informer sur les offres", comme cet abonnement à 30 euros par an mis en place par la région, qui garantit 50% sur tout le réseau TER."

Une action doit être menée ce vendredi par les syndicats au sujet de la suppression de plusieurs guichets en gare d'Amiens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu