Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Lille : tout savoir sur le péage inversé qui sera mis en place fin 2018

vendredi 26 janvier 2018 à 18:23 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord et France Bleu

La métropole lilloise sera la première en France à mettre en place un péage inversé : les automobilistes qui laisseront leur voiture au garage ou accepteront de rouler en dehors des heures de pointes pour aller au travail seront indemnisés deux euros par trajet. Un dispositif importé des Pays-Bas.

Un bouchon sur l'A1, à l'heure de pointe, en direction de Lille, en septembre 2017
Un bouchon sur l'A1, à l'heure de pointe, en direction de Lille, en septembre 2017 © Maxppp - Lefebvre

Lille, France

Jusque-là pour diminuer bouchons et pollution, c'était la méthode coercitive qui était privilégiée : interdiction de circuler, limitation de la vitesse, radars. A la Métropole Européenne de Lille (Mél), on a fait le choix d'encourager les "bons" comportements. Fin 2018, la Mél va lancer le "péage inversé", également appelé "péage positif" pour le plus grand bonheur de Philippe Dutrieux, le directeur de l'Automobile Club du Nord : 

Enfin, une façon de faire positive. A chaque fois, on était dans le répressif et là on va récompenser l'automobiliste qui prend la bonne décision

Philippe Dutrieux, directeur de l'Automobile Club du Nord

Deux euros versés par trajet économisé

L'objectif est de fluidifier les axes les plus empruntés de la métropole lilloise matin et soir, aux heures de pointe : l'A1, l'A23, l'A25, la Nationale 41, l'A22 et l'A27 Le dispositif sera mis en place à tour de rôle sur ces principales routes, à commencer par l'A1 et l'A23 dès la fin de l'année. Première étape, des caméras seront installées sur le bord de la route ou sur des portiques pour lire les plaques d'immatriculation des 120 000 voitures qui passent chaque jour par l'Autoroute A1, près de Lille. Tous les véhicules seront ainsi scannés pendant un mois et demi. On va ainsi repérer les automobilistes habitués de ce trajet et grâce au Système d'Immatriculation des Véhicules (SIV), la Mél récupèrera leur adresse et enverra à leur domicile une proposition pour être volontaire et participer au péage positif. La Métropole a dû, pour cela obtenir le feu vert de la Cnil, la commission nationale informatique et liberté, et s'engager à détruire toutes ces informations sur la vie personnelle des automobilistes dans un délai très court. Pour toucher l'aide de deux euros par trajet (avec un maximum de 80 euros par mois), l'automobiliste devra remplir l'une des trois conditions suivantes : 

  • utiliser sa voiture en dehors des heures de pointe (avant 7h et après 9h le matin et avant 16h30 et après 18h30 le soir)
  • laisser la voiture au garage et opter pour un autre mode de déplacement (train, bus, métro, vélo,...)
  • opter pour le télétravail (on reste travailler chez soi)

Le système de lectures de plaque d'immatriculation ajouté à un boîtier GPS embarqué dans la voiture permettront de vérifier les trajets des automobilistes volontaires.

Infographie de la Métropole Européenne de Lille - Aucun(e)
Infographie de la Métropole Européenne de Lille - Mél

En revanche, la Métropole n'interviendra auprès de l'employeur du volontaire, ce sera à lui de convaincre son patron du bien-fondé de ces changements d'horaires sur la route. Pour Philippe Dutrieux, de l'automobile Club du Nord, une entreprise a tout à y gagner : "le salarié est moins stressé par les bouchons, de meilleure humeur et donc plus productif".

Faire évoluer les mentalités

La Métropole Européenne de Lille espère recruter 5 à 6 000 volontaires lors de cette première phase qui concernera les habitués de l'A1 et de l'A23. Un volontaire sera indemnisé un an maximum, ensuite, le dispositif sera déployé sur d'autres axes où 5 à 6 000 nouveaux volontaires seront recrutés. Sur l'autoroute A1 qui va de Paris à Lille, entre 7 heures et 9 heures, on compte 12 000 véhicules par heure. Avec le péage inversé, on espère diminuer le trafic horaire de 5% environ soit 500 à 600 véhicules par heure en moins sur cette période de pointe, ce qui mettrait fin aux bouchons selon les études de la Métropole Européenne de Lille.

Une idée venue des Pays-Bas

C'est à Rotterdam qu'a été lancé le premier péage inversé en 2014. Et les résultats sont là : le trafic automobile en heure de pointe a baissé de 6%, les bouchons ont nettement diminué. Deuxième conséquence, on a constaté que la moitié des "volontaires" continuaient à conserver leurs bonne habitudes de rouler à des horaires décalés ou d'abandonner la voiture alors que l'opération était finie et qu'il ne touchait plus aucune indemnité. C'est aussi l'un des objectifs du péage positif : faire évoluer durablement les mentalités pour un coût modique. L'opération coûtera 13,7 millions d'euros à la Mél sur quatre ans (l'Etat en prend en charge 25%). Le dispositif sera géré au quotidien par une quinzaine de personnes. Pour Mathieu Chassignet, responsable de l'Ecobonus Mobilité (autre nom du péage inversé) à la Mél : 

C'est bien moins cher que de créer une nouvelle voie de circulation sur l'A25 ou de reconfigurer un échangeur ou une bretelle d'accès sur autoroute

A la Mél, on insiste pour dire que cette mesure n'est qu'une parmi d'autres pour lutter contre bouchons et pollution. Christiane Bouchart, vice-présidente chargée du développement durable à la Métropole Européenne de Lille : 

Il faut pouvoir aussi limiter la vitesse sur les routes. Il est important d'avoir des voies sur l'autoroute spécifiques au covoiturage et aux transports en commun

Automobilistes et élus réagissent au péage positif

L'élue évoque ainsi des pistes de travail très sérieuses pour réduire la vitesse sur le périphérique lillois (de 90 à 70 km/h) ou mettre en place des voies réservées aux covoiturage. L'élue écologiste rappelle ce chiffre : 1 700 personnes meurent chaque année de la pollution de l'air dans la métropole lilloise.