Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Limitation à 80 km/h : Edouard Philippe a signé le décret

vendredi 15 juin 2018 à 17:20 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le Premier ministre Edouard Philippe a signé ce vendredi le décret sur la réduction de la vitesse 80km/h sur certaines routes a appris franceinfo confirmant une information du Parisien. La mesure entrera en vigueur le 1er juillet.

Manifestation de motards en colère contre le 80km/h en mai 2018.
Manifestation de motards en colère contre le 80km/h en mai 2018. © Maxppp - Claude BOYER

C'est officiel : à partir du 1er juillet la vitesse maximale autorisée sur les routes nationales et départementales sera de 80km/h, au lieu de 90km/h. Le Premier ministre Edouard Philippe a signé le décret ce vendredi a appris franceinfo confirmant une information du Parisien. Il sera publié dimanche au Journal officiel. 

400.000 km de routes secondaires à double sens sans séparateur central (terre-plein, glissière) sont concernés. D'après le gouvernement, c’est sur ces routes qu'ont eu lieu 55% des accidents mortels en 2016. Matignon estime que la mesure pourrait "sauver 300 à 400 vies par an".

Une mesure très critiquée

Depuis l'annonce du gouvernement, en janvier, la mesure est très critiquée par les associations d'automobilistes et une partie des élus des territoires ruraux. Plusieurs manifestations ont été organisées partout en France ces derniers mois.

La mesure sera évaluée au 1er juillet 2020, mais pas question de l'appliquer au "cas par cas" comme le réclamaient certains élus départementaux.