Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Limitation à 80 km/h, portable au volant, éthylotest antidémarrage : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

mardi 9 janvier 2018 à 18:41 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Le gouvernement a confirmé mardi l'abaissement de 90 à 80 km/h de la vitesse maximale sur les routes secondaires à partir du 1er juillet 2018. Aussi, le permis de conduire pourra être suspendu en cas d'infraction en utilisant le téléphone portable. Francebleu.fr fait le point sur ces annonces.

Les routes secondaires à double sens seront limitées à 80 km/h à partir du 1er juillet 2018
Les routes secondaires à double sens seront limitées à 80 km/h à partir du 1er juillet 2018 © Maxppp -

Edouard Philippe avait prévenu : "si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j'accepte de l'être." Le Premier ministre a annoncé ce mardi soir une série de mesures dans le cadre de la sécurité routière.

Vitesse réduite sur les routes secondaires dès juillet

La vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central (terre-plein, barrière) sera abaissée de 90 à 80 km/h à compter du 1er juillet prochain, a annoncé Edouard Philippe en clôture d'un Conseil interministériel de sécurité routière. 

Exception à cette mesure, qui permettrait selon lui de sauver "entre 350 et 400 vies par an", les portions de routes de deux fois deux voies sans séparateur central resteront limitées à 90 km/h. Il a également indiqué qu'une "clause de rendez-vous au 1er juillet 2020" permettrait d'évaluer les effets de la mesure.

C'est sur les routes à double sens hors agglomération, majoritairement limitées à 90 km/h, que se sont concentrés 55% des accidents mortels en 2016, soit 1.911 des 3.477 tués sur la route. Et la vitesse "excessive ou inadaptée" était impliquée dans un tiers (32%) des accidents mortels. 

Téléphone portable au volant plus durement sanctionné

Autre mesure annoncée : les forces de l'ordre pourront "retenir" le permis d'un automobiliste pris téléphone en main et qui "a commis en même temps une infraction susceptible de porter atteinte à sa propre sécurité ou à celle des tiers", selon Edouard Philippe.

Impliqué dans un accident mortel sur dix en 2016, le téléphone au volant est "un élément de risque considérable supplémentaire", a ajouté le chef du gouvernement. Pour rappel, le simple usage du téléphone, tenu en main ou par kit mains libres, est sanctionné de 135 euros d'amende et d'un retrait de trois points du permis de conduire.

Éthylotest antidémarrage pour les conducteurs sanctionnés en état d'ivresse

L’alcool est la 2e cause de mortalité sur les routes. Selon Edouard Philippe, les conducteurs dont le permis a été suspendu pour conduite en état d’ivresse pourront être autorisés à conduire pendant cette suspension, mais uniquement avec un dispositif d’éthylotest antidémarrage.

Le surplus de recettes de PV ira "intégralement" aux soins des accidentés

Le probable surplus de recettes budgétaires lié à l'abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur la plupart des routes secondaires ira "en intégralité" aux soins des accidentés de la route, a annoncé Edouard Philippe, y voyant la preuve que l'exécutif n'a aucune "motivation financière".

Et de préciser : "Dans le cadre des textes budgétaires pour 2019, le gouvernement créera un fonds d'investissement pour la modernisation des structures sanitaires et médico-sociales destinées à la prise en charge des accidentés de la route. Ce fonds sera doté de l'intégralité du surplus des recettes perçues par l'Etat lié à l'abaissement des vitesses maximales."

Récompense pour les bons conducteurs ?

Parmi les pistes de réflexion, le gouvernement veut réfléchir d'ici juin à une éventuelle récompense pour la bonne conduite des 37 millions de Français qui possèdent leurs douze points sur leur permis de conduire.

  - Visactu
© Visactu -