Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Limitation à 80 km/h : quel impact en Mayenne ?

lundi 12 mars 2018 à 16:33 Par Martin Cotta, France Bleu Mayenne

3.140 kilomètres de routes en Mayenne sont potentiellement concernée par une baisse de la vitesse à 80 kilomètres au 1er juillet 2018. Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, rencontre des élus et des associations de toute la région jusqu'à mardi pour convaincre.

La RN 162 est un des axes les plus empruntés en Mayenne
La RN 162 est un des axes les plus empruntés en Mayenne © Radio France - Martin Cotta

53470 Martigné-sur-Mayenne, France

Passer sous la barre des 3.500 morts sur les routes en France. C'est l'objectif de l'abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h, décidé début janvier par le gouvernement. La mesure entrera en vigueur le 1er juillet 2018. Pour sa mise en place, une pointure des questions de sécurité routière rend visite, jusqu'à ce mardi, aux élus et aux membres d'associations de prévention de toute la région des Pays de la Loire : Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. 

Reportage au bord de la RN 162

En Mayenne cela concerne 3140 kilomètres du réseau gérés par le département. La mesure est très impopulaire pour beaucoup d'automobilistes, mais certains mayennais sont favorables à la baisse de la vitesse. Ceux qui vivent au bord de la route nationale 162. C'est d'ailleurs au niveau de Martigné-sur-Mayenne qu'il y a encore eu un accident mortel le 9 janvier dernier. Marie-Laure, gère son Auberge, La Marmite, au bord de cet axe depuis quasiment dix ans. Des accidents elle en voit souvent, des mortels plus rarement. Mais nombreux sont les automobilistes imprudents.

"Quand on a un peu moins de travail, on voit bien que ça roule très vite, que ça roule bourré. En milieu de journée, il y a un peu moins de circulation et c'est là que chacun fait ce qu'il a envie de faire" - Marie-Laure de l'Auberge La Marmite

Sur la RN 162, une portion passera à 80 km/h aux abords de Martigné-sur-Mayenne, une autre restera à 110. Pas de quoi rassurer Martine. Sa maison en pierre longe la route et les automobilistes en excès de vitesse l'effraient un peu. "Parce qu'ils pourraient rentrer dans ma maison. C'est déjà arrivé d'ailleurs" confie l'habitante. Si le gouvernement a décidé de baisser la vitesse sur les routes nationales, c'est parce que les Français ne se sont pas montrés assez responsables d'après Stéphane Tiret, le directeur régionale de la prévention routière. Il était en Mayenne ce lundi. "On paie un comportement collectif et des négligences" explique Stéphane Tiret. 

Le délégué interministériel à la sécurité routière est en région Pays de la Loire jusqu'à mardi - Maxppp
Le délégué interministériel à la sécurité routière est en région Pays de la Loire jusqu'à mardi © Maxppp - Celik Erkul

Un tiers des décès sur la route sont dû à la vitesse.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière est en région Pays de la Loire jusqu'à mardi soir. Sur le terrain, il rencontre des élus favorables à la mesure mais aussi des élus réticents. En France, plus d'un tiers des décès sur la route sont dû à la vitesse. Les zones rurales sont particulièrement concernées. 

"Un habitant de la Mayenne a 2,7 fois plus de chance d'être tué sur les routes qu'un habitant de Paris " estime le délégué interministériel à la sécurité routière

"Le ressenti de la mesure n'est pas toujours très bon" explique Emmanuel Barbe