Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Limitation à 80 km/h : une "mesure dangereuse" pour un représentant haut-viennois des professionnels de l'automobile

-
Par , France Bleu Limousin

D'ici un mois, le gouvernement dira s'il valide la baisse de la vitesse à 80 km/h au lieu de 90 sur certaines routes. Une mesure préconisée par la Sécurité routière pour sauver des vies mais à laquelle s'oppose le représentant haut-viennois du conseil national des professionnels de l'automobile.

Alexandre Gourserol, représentant en Haute-Vienne du conseil national des professionnels de l'automobile.
Alexandre Gourserol, représentant en Haute-Vienne du conseil national des professionnels de l'automobile. © Radio France - Thomas Larabi

Limiter la vitesse à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur certaines routes, c'est le projet porté par la sécurité routière pour sauver 400 vies par an au niveau national.  Le gouvernement doit se prononcer en janvier sur cette mesure qui soulève beaucoup de protestation chez les professionnels et associations de conducteurs.  C'est le cas d'Alexandre Gourserol, directeur d'auto-école àLimoges et représentant en Haute Vienne du CNPA, le conseil national des professionnels de l'automobile.

Un projet aberrant

L'abaissement de la vitesse à 80 km/ concerneraient 9.000 kilomètres de routes en Haute-Vienne et en Corrèze. Des routes hors agglomération sur lesquelles on roule dans les deux sens et sans barrières au milieu. Mais pour ce professionnel, cette idée est aberrante pour plusieurs raisons. "Les voitures sont des plus en plus performantes en terme de sécurité passive ou active et le réseau routier est pas trop mal". Baisser la vitesse peut être "une des solutions mais on va tous se retrouver à 80 : jeunes conducteurs titulaires d'un permis probatoire, voitures, poids lourds et moto." Il craint notamment que certains automobilistes prennent des risques supplémentaires pour doubler les camions.

Une mesure dangereuse

Alexandre Gourserol va encore plus loin en parlant de "mesure dangereuse" car selon lui les conducteurs seront tellement concentrés sur leurs compteurs qu'ils en oublieront de regarder la route. Il cite en exemple la route d'Aixe-sur-Vienne, en direction de Périgueux à la sortie de Limoges. Un secteur où la vitesse change plusieurs fois et où les automobilistes ne savent plus à quelle allure ils doivent rouler. "A mon sens c'est super dangereux." Ce moniteur d'auto-école fustige surtout les comportements qu'il faut changer. "Si les distances de sécurité ne sont pas respectées, rouler à 80 au lieu de 90 ne changera rien."

La solution : changer les comportements et au contraire relever les vitesses ?

La question de la vitesse est un faux problème pour Alexandre Gourserol qui cite en contre-exemple une expérimentation menée au Danemark. "Ils ont relevé la vitesse à 90 et se sont rendus compte que  les gens prenaient moins de risques pour effectuer les dépassements. Ils respectaient davantage l'allure et les accidents et la mortalité ont baissé de 11% ou 13%". Pour lui, il faut donc approfondir la formation des conducteur et inculquer les bonnes pratiques dès le plus jeune âge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess