Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Limitation à 80km/h : la prévention routière du Puy-de-Dôme aurait voulu une expérimentation sur un tiers de la France

mardi 9 janvier 2018 à 9:26 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Le gouvernement doit annoncer ce mardi l'abaissement de la limitation de vitesse de 90 à 80km/h sur le réseau secondaire. Mesure qui sera effective au 1er juillet et qui laisse dubitatif Olivier Bouland, le directeur de la Prévention routière dans le Puy-de-Dôme.

La portion de Nationale 7 à 80km/h dans la Drôme
La portion de Nationale 7 à 80km/h dans la Drôme © Radio France - Nathalie Rodrigues

Puy-de-Dôme, France

"Si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j'accepte de l'être". Le Premier ministre ne croit pas si bien dire en parlant d'impopularité : la fronde est partie de ces 50 sénateurs qui ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander les détails de l'expérimentation menée depuis deux ans sur trois tronçons à travers la France. "On peut dire, la limitation peut sauver des vies... oui mais à condition que les résultats de cette expérimentation le prouvent !", estime Laurent Duplomb, sénateur Les Républicains de Haute-Loire et signataire de cette lettre. "Les excès de vitesse, que vous limitiez à 80, il y en aura toujours."

Un constat que partage volontiers Olivier Bouland, directeur de la Prévention routière dans le Puy-de-Dôme. "C'est vrai, beaucoup de gens nous disent ouvertement : Moi de toutes façons je mets mon limitateur de vitesse à 95 puisque je sais que je ne serai flashé qu'à 96." Pourtant le constat est là : "_66% des accidents mortels et graves ont lieu sur le réseau secondaire_. Ce n'est pas forcément la vitesse qui les provoque, malheureusement la vitesse est le deuxième facteur de mortalité en France."

Pour une une nouvelle phase de test plutôt qu'une généralisation

Pour le directeur de la Prévention routière du Puy-de-Dôme, abaisser la limitation de vitesse est une piste, mais généraliser cette mesure à tout le territoire n'était pas forcément la meilleure stratégie. "Ça a été testé sur des portions qui faisaient entre 17 et 32 kilomètres. A la Prévention routière, nous aurions préconisé de tester cette mise en place de 80 au lieu de 90 sur un tiers du territoire et sur une période de cinq ans." Une façon, pour Olivier Bouland de mieux faire accepter la mesure plutôt qu'une "décision brutale et qui a évidemment un coût".