Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Limite de la vitesse à 80 km/h : une expérimentation en Haute-Saône mais sans résultat

mardi 9 janvier 2018 à 7:04 Par Soisic Pellet, France Bleu Belfort-Montbéliard

La mesure doit être annoncée aujourd'hui par le gouvernement : baisser de 10 km par heure la vitesse sur les routes dites secondaires, c'est-à-dire les départementales et les nationales. En Haute-Saône, ça a déjà été testé sur la RN57, entre Besançon et Vesoul. Sauf qu'aucun résultat n'a été publié.

La limitation à 80 km/h a été expérimentée pendant deux ans sur un tronçon de la nationale 57 en Haute-Saône
La limitation à 80 km/h a été expérimentée pendant deux ans sur un tronçon de la nationale 57 en Haute-Saône © Maxppp - -

Haute-Saône, France

Edouard Philippe avait prévu que cette mesure soit impopulaire. Mais "si pour sauver des vies, il faut être impopulaire alors j'accepte de l'être" ajoute-t-il. L'objectif est de sauver 200 à 400 vies par an sur les routes. Mais pour le sénateur de la Haute-Saône Michel Raison, ce n'est pas vraiment le problème. Lui est d'accord sur le fond mais dénonce un manque d'explications autour de cette mesure. 

La Haute-Saône, département pilote pour la réduction de la vitesse à 80 km/h

Sur un tronçon de la nationale 57, qui relie Besançon à Vesoul, la vitesse a été réduite pendant deux ans. Le test a pris fin en juin dernier. Sauf qu'aucun retour n'a été donné depuis. Le sénateur Michel Raison a donc écrit une lettre ouverte au premier ministre, lui demandant "les résultats de l'expérimentation avant toute généralisation". Il ajoute que ce test est en fait insuffisant : il aurait dû durer cinq ans, et non deux, et sur une plus grande partie des routes françaises. 

Sans explications, pas de changements possibles 

Le risque, c'est que les automobilistes ne respectent tout simplement pas la mesure. Et ne changent pas leur vitesse malgré le changement de panneaux. "Il faut de la pédagogie pour qu'une mesure soit acceptée" assure Céline Kastner, directrice de l'association Automobile club. Surtout qu'un changement est effectivement nécessaire : 3500 personnes sont mortes sur les routes l'an dernier. Et 87% des accidents ont lieu sur les routes secondaires hors agglomération. 

400 000 km de routes concernées

Cette mesure devrait concerner la plupart des routes dites secondaires, à une voie. Au total, 400 000 kilomètres de route donc sur toute la France. Le département de la Haute-Saône est donc particulièrement visé : aucune autoroute n'y passe, seulement des routes départementales et nationales donc.