Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Limite de vitesse abaissée : l'exemple du périphérique parisien

lundi 8 janvier 2018 à 18:17 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

Le gouvernement devrait décider ce mardi d'abaisser la limitation de vitesse sur la plupart des routes secondaires, de 90 à 80 km/h. A Paris, le périphérique a connu le même sort il y a tout juste 4 ans, passant de 80 à 70 km/h. Une mesure dont les résultats sont "très positifs" selon les autorités.

Le boulevard périphérique est entièrement limité à 70km/h depuis le 10 janvier 2014.
Le boulevard périphérique est entièrement limité à 70km/h depuis le 10 janvier 2014. © Maxppp - Aurélien Morissard, IP3 Press

Paris, France

Le périph' limité à 70 km/h, Bertrand Delanoë l'a voulu dès 2008 pour réduire la pollution atmosphérique. Pendant des années, la ville de Paris a multiplié les demandes au Préfet de police. C'est finalement Manuel Valls, Premier Ministre, qui signera le décret le 3 janvier 2014. Une semaine plus tard, les 150 panneaux de signalisation sont remplacés et la nouvelle limitation de vitesse entre en vigueur sur la totalité des 35 km de la rocade parisienne, qui était déjà passée de 90 à 80 km/h en juillet 1993. Quatre ans plus tard, quels sont les effets réels de cette mesure ?

Pas de données sur la pollution

En abaissant la vitesse maximale autorisée, les autorités espéraient en premier lieu lutter contre la pollution de l'air. Un objectif difficilement quantifiable : il n'existe toujours pas de données comparatives avant/après. Mais "entre 80 et 70 km/h, les émissions polluantes diminuent en théorie de 5% en moyenne" explique Charlotte Songeur, ingénieur à Airparif. Qui a noté à la station de la porte d'Auteuil une amélioration de la qualité de l'air plus rapide en 2014 qu'au cours des années précédentes. "On voit quelque chose de positif, mais on ne peut pas le quantifier."

Moins de bruit

L'autre raison invoquée initialement était de diminuer les nuisances sonores pour les 100.000 riverains qui vivent aux abords du périphérique. A en croire la mairie de Paris, le niveau du bruit routier aurait effectivement baissé : -0,6 db en moyenne, et même -1,2 db la nuit. Mais ces chiffres datent de 2015.

Environ 18% d'accidents en moins

C'est en matière de sécurité routière que les effets de la mesure semblent les plus spectaculaires. Dès la première année, le nombre d'accidents sur le périphérique a reculé de 13,2% pour atteindre le niveau le plus bas de la décennie. Résultat : 132 blessés de moins. Un bilan dont s'était félicitée à l'époque la mairie de Paris. "Sauf qu'il y a aussi eu un mort de plus, rappelle Daniel Quéro, le président de l'association 40 millions d'automobilistes. "Cela prouve bien que ce n'est pas significatif." 

A la Préfecture de police de Paris, le commandant Bruno Jouvence (coordinateur sécurité routière) reconnaît qu'il est difficile d'analyser l'évolution du nombre de tués sur le périphérique car "on est sur des tous petits chiffres, entre un et quatre décès par an. Mais le nombre de blessés diminue dans les mêmes proportions que les accidents." Et la tendance est nettement à la baisse avec 771 accidents en moyenne chaque année entre 2010 et 2013, contre 634 entre 2014 et 2017 (-17,76%).

Pourtant, les associations de motards et d'automobilistes remettent en cause le lien entre limitation de vitesse et accidentologie, et rappellent que l'Etat n'a pas rendu publics les résultats des expérimentations menées sur 81 kilomètres de routes nationales entre 2015 et 2017. Daniel Quéro cite aussi l'exemple de Rennes où après un an d'expérimentation à 70 km/h, la rocade est de nouveau limitée à 90 depuis fin 2016.

On roule de moins en moins vite

Au début, la nouvelle limitation de vitesse a paradoxalement contribué à fluidifier le périph' : on y roulait plus vite en 2015 qu'en 2013 (39 km/h de moyenne, contre 38). Les autorités expliquent qu'à 70 km/h, il y a moins de ralentissements brutaux et moins d'effet "accordéon". Sauf que d'après les chiffres de la mairie de Paris, la vitesse moyenne diurne (entre 7h et 21h) a subitement chuté en 2016 : 35,8 km/h. Peut-être une conséquence des travaux.

Les radars flashent toujours plus

Dernière conséquence du passage à 70 km/h, le nombre d'infractions constatées sur le périphérique a été multiplié par 3,5 entre 2013 et 2014, alors que dans le même temps les radars automatiques ont doublé. Aujourd'hui, ce sont même 18 radars automatiques qui surveillent le périph' 24h sur 24. Au niveau national, les procès-verbaux augmentent de 15% en moyenne chaque année, d'après 40 millions d'automobilistes.

Le remplacement des 150 panneaux de limitation de vitesse avait coûté environ 27.000€ à la ville de Paris. - Radio France
Le remplacement des 150 panneaux de limitation de vitesse avait coûté environ 27.000€ à la ville de Paris. © Radio France - Olivier Corsan, Le Parisien