Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Limousin : la SNCF supprime des trains vers Paris ou Toulouse à cause... du givre

vendredi 15 février 2019 à 3:59 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin et France Bleu

En Limousin, cet hiver, des trains sont régulièrement supprimés par la SNCF au départ de Brive vers Paris ou Toulouse à cause... du givre. Des usagers et la CGT cheminots dénoncent et déplorent cette situation.

Des trains Brive - Paris et Brive - Toulouse sont supprimés par la SNCF ces derniers jours à cause du givre
Des trains Brive - Paris et Brive - Toulouse sont supprimés par la SNCF ces derniers jours à cause du givre © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

C'est un nouveau motif de colère pour certains usagers de la SNCF. Cet hiver, et notamment ces derniers jours, des trains sont régulièrement supprimés le matin à cause du givre sur les caténaires qui servent à l'alimentation électrique des locomotives. Plusieurs trains Intercités Brive - Paris via Limoges ont été concernés, mais aussi des trains express régionaux Brive - Toulouse.

Ce jeudi 14 février, le train de 5h55 Brive - Toulouse a été supprimé et remplacé par un bus entre Brive et Montauban - Aucun(e)
Ce jeudi 14 février, le train de 5h55 Brive - Toulouse a été supprimé et remplacé par un bus entre Brive et Montauban - capture d'écran ouisncf.com

Des usagers et la CGT cheminots s'agacent de cette situation. C'est le cas d'une étudiante du Tarn et Garonne, qui s'en est émue sur Twitter.

Une étudiante habitant dans le Tarn-et-Garonne a demandé des explications à la SNCF - Aucun(e)
Une étudiante habitant dans le Tarn-et-Garonne a demandé des explications à la SNCF - capture d'écran Twitter

L'un des trains concernés par les suppressions est un TER qui part à 5h55 de Brive et arrive à 8h32 à Toulouse pour un trajet de 2h37. Il a encore été annulé ce mardi, ce jeudi et ce vendredi, et a été remplacé par un bus entre Brive et Montauban, puis par un train de Montauban à Toulouse. Bilan : trajet de 3h40 et arrivée dans la ville rose à 9h35, ce qui est fâcheux pour être à l'heure en cours.

La SNCF "préfère supprimer" que d'avoir à faire face à un éventuel souci

"La SNCF applique le principe de précaution" explique Hervé Pineaud, de la CGT cheminots à Brive, "elle préfère supprimer des trains que d'avoir à gérer des naufragés du rail en cas de problème lié au givre sur un train". Le givre peut, en fait, abîmer les pantographes, les espèces de Z au dessus de la locomotive qui font contact avec les câbles électriques. Une situation dénoncée par le représentant du syndicat. "Le choix n'a pas été de mettre les moyens suffisants pour permettre aux trains de circuler. Cela coûterait sans doute un peu plus cher mais ça serait possible" reprend Hervé Pineaud. 

Sur Twitter, les réponses de la SNCF font bondir certains usagers - Aucun(e)
Sur Twitter, les réponses de la SNCF font bondir certains usagers - capture d'écran Twitter

Pour les TER Brive - Toulouse, "la région Occitanie ne veut pas mettre momentanément des trains diesel au lieu des trains électriques", alors que la solution pour les Intercités Brive - Paris pourrait passer par des trains racleurs dont la mission est d'enlever le givre avant la circulation des trains de voyageurs. "Mais il n'y a que deux trains racleurs à Brive" pour la région, si bien que parfois "le premier train pour Paris, qui part à 4h du matin de Brive, est supprimé" et ne permet aux voyageurs d'arriver aux alentours de 8h30 à Paris. Ils sont invités à prendre celui de 5h du matin, "qui souvent arrive avec plus d'une demi-heure de retard car le train racleur qui enlève le givre se trouve devant jusqu'à Vierzon" détaille celui qui est aussi conducteur de train.

Une question de contraintes financières ?

Bien évidemment sollicitée par France Bleu Limousin pour donner son point de vue, la SNCF n'a pas donné suite. Mais elle avait déjà répondu au syndicat à ce sujet. "Il nous est dit qu'il n'y a pas de solution car tout le monde dit être tenu par des contraintes financières" grince Hervé Pineaud, "il n'y a pas mieux pour perdre des usagers" qui se tournent vers d'autres moyens de transport.