Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Lyon - Turin : l'Italie donne son feu vert à l'Europe

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Après plus d'un an de conflit, l'Italie confirme son engagement de terminer les travaux de la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Selon le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, un abandon aurait coûté plus cher que de poursuivre le projet.

Le chantier du Lyon Turin a déjà commencé. A Saint-Martin-de-la-Porte en Savoie, les Alpes sont déjà creusées
Le chantier du Lyon Turin a déjà commencé. A Saint-Martin-de-la-Porte en Savoie, les Alpes sont déjà creusées © Maxppp -

L'Italie a officiellement donné son engagement concernant le financement des travaux de la ligne ferroviaire Lyon - Turin. Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte a adressé un courrier à l'Union Européenne ce vendredi, date butoir pour rendre sa décision.

Cette décision met un terme à un an et demi de conflit interne en l'Italie. Le gouvernement de coalition composé de Luigi di Maio (Mouvement 5 étoiles) et Matteo Salvini (Ligue du Nord) s’écharpent sur le sujet. L'un dénonçant un projet qui gaspille de l'argent public, l'autre mettant en avant la nécessité de ce chantier pour l'économie du pays.

Sur son compte Twitter, la Transalpine (regroupement d'entreprises et associations en faveur du Lyon Turin) a relayé l'information.

Pro et anti Lyon-Turin réagissent

Évidemment cette annonce est une victoire pour les membres de Transalpine. Le comité, en faveur du Lyon Turin, se dit satisfait par la décision du Premier ministre italien.

Pour Stéphane  Guggino, délégué général de la Transalpine, "c'est une victoire de bon sens".

C'est la seule solution crédible et moderne pour espérer un basculement du trafic de poids lourd sur le rail". - Stéphane Guggino délégué général de la Transalpine

A l'inverse, les opposants au Lyon-Turin dénoncent une décision incompréhensible. Le référent aux transports pour Les Amis de la Terre, Daniel Ibanez, pense qu'il n'y a pas besoin de nouvelle ligne, celles existantes sont largement suffisantes.

"Dans les années 80, il y avait des montagnes, de la neige, on arrivait à faire passer 120 trains de fret, aujourd'hui on en fait passer 20." -Daniel Ibanez, référent aux transports pour Les Amis de la Terre

8,6 milliards d'euros pour relier Lyon et Turin par les Alpes

L'argument qui faisait reculer l'Italie depuis plusieurs années, c'est le coût de ce projet. Au total, il devrait coûter 8,6 milliards d'euros à l'Union européenne, l'Italie et la France.

L'Union Européenne s'engage à prendre en charge entre 50 et 55% du budget total. L'Italie investira 2,48 milliards et la France 2,15 milliards pour aboutir cette ligne de 57,4 kilomètres.

Choix de la station

France Bleu