Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Lyon-Turin : un tunnel ferroviaire sans voies d'accès ?

vendredi 2 février 2018 à 16:24 Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie

Le tunnel international du Lyon-Turin sera-t-il relié à rien? Son entrée en service est annoncée pour 2029, mais les voies d'accès entre Lyon et Saint-Jean-de-Maurienne sont loin d'être commencées. Un rapport rendu ce vendredi à la ministre des Transports préconise même de ne rien faire avant 2038.

Le rapport rendu le 1er février à la ministre des Transports préconise de ne pas engager les travaux des voies nouvelles reliant le tunnel à Lyon avant 2038
Le rapport rendu le 1er février à la ministre des Transports préconise de ne pas engager les travaux des voies nouvelles reliant le tunnel à Lyon avant 2038 © Maxppp - Philippe Cherel

La nouvelle ligne de frêt ferroviaire de 140 km prévue entre Lyon et l'entrée du futur tunnel international du Lyon-Turin à Saint-Jean-de-Maurienne peut attendre 2038. C'est ce que préconise les experts et les élus dans leur rapport rendu hier. Pourtant l'entrée en service du tunnel de 57 km est prévue en 2029. Ce qui signifie que le tunnel, une fois terminé, ne pourrait pas être exploité avant une dizaine d'années.
C'est ce que préconise le Conseil d'Orientation des Infrastructures. Ce groupe d'experts et d'élus a remis sont rapport à la ministre des Transports ce jeudi 1er février sur les routes et les voies ferrées que l'Etat devrait financer en priorité dans les vingt prochaines années. Et ces accès au Lyon-Turin ne sont pas du tout prioritaires.

Que vont dire nos amis Italiens, s'interroge la député LR de Maurienne

Un tunnel pour rien donc, pendant près de dix ans. La députée LR de Maurienne, Emilie Bonnivard se dit choquée que les auteurs du rapport ne tiennent pas compte des problèmes d'environnement dans les Alpes. "La seule et unique raison dans le rapport _(NDRL: de la proposition de repousser les travaux des accès au tunnel), c'est que le trafic actuel routier et ferroviaire ne justifie pas qu'on le fasse_. Cela signifie que toutes les problématiques sur la sécurité du trafic routier et la pollution de l'air, le rapport n'en fait pas mention. C'est vraiment méprisant pour les habitants des Savoie et de toutes les Alpes jusqu'au Littoral ", dit l'élue qui voit là un renoncement du gouvernement au report modal.
Emilie Bonnivard rappelle que dans le plan de financement du tunnel international du Lyon-Turin, l'Italie a accepté de mettre une part plus importante que la France, parce que justement la France doit financer des accès plus coûteux de son côté. "Que vont dire nos amis italiens", s'interroge la députée.

Les accès, conçus il y a dix ans, ne sont pas réalistes, pour le président de Grand Chambéry

Le président LR de Grand Chambéry n'est pas surpris par ce rapport. Pour Xavier Dullin, le problème est initial: "On a engagé un tunnel de base, mais les accès ne sont absolument pas réalistes au regard des finances publiques, dit Xavier Dullin. Ils ont été forgés il y a plus de dix ans. La réalité c'est que ces accès coûtent dix milliards d'euros, le gouvernement n'a pas cette somme. C'est donc un programme minimum qui est prévu". Le rapport propose d'améliorer la ligne de fret existante entre Dijon et Modane. Avec le risque, souligne Xavier Dullin, de voir les wagons de fret augmenter sur les bords du Lac du Bourget (la ligne passe par Ambérieu), y compris le transport des matières dangereuses, et de voir aussi le nombre de camions en hausse dans la traversée de Chambéry.

De leurs côtés les opposants sont satisfaits de voir reconnus leur argument principal, à savoir, le volume actuel de fret entre la France et l'Italie ne justifie pas la mise en service du Lyon-Turin ferroviaire.

Dans la déclaration d'utilité publique, une nouvelle voie de fret est prévue entre Grenay et Saint-Jean-de-Maurienne sous la Chartreuse pour rejoindre le tunnel international. - Aucun(e)
Dans la déclaration d'utilité publique, une nouvelle voie de fret est prévue entre Grenay et Saint-Jean-de-Maurienne sous la Chartreuse pour rejoindre le tunnel international. - RFF