Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Mais qui est Julien Terrier, le gilet jaune grenoblois qui va dialoguer avec Emmanuel Macron ?

lundi 26 novembre 2018 à 21:45 - Mis à jour le mardi 27 novembre 2018 à 10:54 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère et France Bleu

Julien Terrier est devenu dimanche l'un des huit porte-paroles qui vont être reçus en délégation par Emmanuel Macron à propos des revendications des "gilets jaunes". Déjà leader sur la région grenobloise, cet artisan de 31 ans s'est imposé comme une des figures nationales du mouvement. Portrait.

Julien Terrier dans les studios de France Bleu Isère le 16 novembre dernier
Julien Terrier dans les studios de France Bleu Isère le 16 novembre dernier © Radio France - Margaux Sieffert

Isère, France

Julien Terrier a 31 ans. Il est père de deux enfants et il est artisan à Corenc, près de Grenoble. Il a une micro entreprise de réparation et de rénovation dans le bâtiment. 

"Ni syndicat, ni parti politique, jamais" — Julien Terrier, porte parole des gilets jaunes

Il a été sergent dans l'Armée de l'Air, mécanicien dans l'armement pendant un an, jusqu'à la naissance de sa fille, son premier enfant. Il n'a jamais milité dans un parti ni un syndicat. Mais il s'est occupé d'une association sportive, comme trésorier, une association d'Airsoft, une sorte de Paintball avec des armes factices et des balles en plastique. 

"Avant les gilets jaunes, j'avais dans l'idée de créer une sorte de collectif citoyen d'entraide"— Julien Terrier, porte parole des gilets jaunes

Avant de rejoindre le mouvement des gilets jaunes, il avait le projet de créer une association citoyenne. "J'avais l'idée de faire une sorte de collectif d'entraide, complètement apolitique", explique-t-il. "Pour proposer du commerce local entre agriculteurs, pour shunter la grande distribution,  proposer du bio, aider les personnes en difficulté. Vraiment de l'entraide citoyenne, de la solidarité. Après est arrivé le mouvement du 17 novembre qui correspondait bien à ce que j'attendais et j'ai sauté sur l'occasion. "

"Le mouvement du 17 novembre correspondait bien à ce que j'attendais, j'ai sauté sur l'occasion" — Julien Terrier, porte parole des gilets jaunes

On a vu Julien Terrier dans beaucoup de studios de radio et de télévision, comme à France Bleu Isère le 16 novembre dernier. Au point qu'il est devenu, parfois, difficile à joindre. Mais c'est néanmoins l'homme incontournable du mouvement dans l'agglomération grenobloise,  et l'une des figures nationales des gilets jaunes dans les médias. 

Dimanche dernier, il a participé à la réunion en visio-conférence d'une trentaine de responsables régionaux, et il s'est tout de suite proposé pour être l'un des porte-paroles qui vont être reçus par Emmanuel Macron. 

"J'ai vraiment la motivation de faire changer les choses"— Julien Terrier, porte parole des gilets jaunes

"Je me suis tout de suite porté volontaire, j'ai vraiment la motivation de faire changer les choses, je veux porter haut la parole des gilets jaunes. Je suis assez soutenu, donc ce que je propose convient bien à pas mal de monde. "

"Regagner du pouvoir d'achat et réduire l'écart entre le gouvernement et les citoyens"— Julien Terrier, porte parole des gilets jaunes

Julien Terrier va donc porter les deux revendications principales des gilets jaunes : "Regagner du pouvoir d'achat très rapidement par la baisse des taxes ou la hausse du SMIC. Et réduire l'écart, le fossé qui se creuse entre le gouvernement et les ménages français par le biais d'une assemblée citoyenne" (pour débattre de la transition écologique). "On pourrait proposer ensuite tout un éventail de propositions qui seront trancher par un référendum populaire."