Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Manifestation et pétards sur les voies : nouvelle matinée de galère sur la ligne Metz-Thionville-Luxembourg

mercredi 13 juin 2018 à 11:12 - Mis à jour le mercredi 13 juin 2018 à 14:32 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Lorraine Nord

Des cheminots en grève ont déposé des pétards sur les voies en gare de Woippy et sont allés occuper les rails en gare d’Uckange ce mercredi matin à l’heure de pointe sur cette ligne des frontaliers. Le trafic a été interrompu pendant deux heures et ne reprenait que progressivement à 9h.

Un TER de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg
Un TER de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg © Radio France - Faustine Mauerhan

Uckange, France

Les usagers de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg n’ont même plus la force de s’énerver ce mercredi matin sur les quais de gare de la ligne Metz-Thionville-Luxembourg, empruntée chaque jour par des milliers de travailleurs frontaliers. Blasés, fatigués, lassés par deux mois et demi de grève des cheminots. Pourtant, la situation a été encore plus confuse que d’habitude depuis le début du mouvement. Vers 7h, l’heure de pointe sur cette ligne, des cheminots ont déposés des pétards sur les rails à Woippy et ont déclenché l'alarme incendie du poste d'aiguillage, obligeant les cheminots au travail à évacuer, quittant leur poste et bloquant le trafic. Plus tard, ils sont allés occuper les voies en gare d’Uckange pour paralyser définitivement le trafic. Une action surprise en marge de l'appel à la mobilisation des syndicats.

Colère des usagers et des élus sur les réseaux sociaux

Le trafic a repris progressivement vers 9h puis complètement à 10h30 d’après la SNCF, mais a été suffisamment perturbé pour susciter la colère des usagers et de Jean Rottner. Dans un tweet assassin le président de la région Grand Est "condamne fermement les actes irresponsables qui ont eu lieu ce matin sur le poste d’aiguillage de Woippy. Ce n’est plus faire grève, c’est prendre les gens en otage. C’est juste médiocre.  Merci à la SNCF de prendre les mesures qui s’imposent", réclame l'élu. 

Enquête et plainte de la SNCF

De son côté aussi la direction de la SNCF déplore cette action surprise qu'elle qualifie d'acte de malveillance "intolérables" et a décidé de porter plainte contre X. "L'enquête est en cours et déterminera les circonstances exactes de ces événements", écrit ainsi la SNCF dans un communiqué à la mi-journée.

Nouveau blocus à Ennery

D’un autre côté, les syndicalistes eux, ont repris le blocage du dépôt Géodis et France Express à Ennery. Comme mardi matin, ils ont empêché une centaine de camions de sortir de ces filiales en charge du transport routier pour la SNCF.