Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation sur la RN88 au Pertuis pour dire non au projet de déviation

Le Pertuis, Haute-Loire, France

Une manifestation a eu lieu ce mercredi 17 juin sur la RN88 pour dire non au projet de déviation entre le Pertuis et Saint-Hostien en Haute-Loire. Le projet de création d'une 2x2 voies est jugé devastateur pour l'environnement par la FNAUT et l'association France Nature Environnement 43 notamment.

Près d'une centaine de personnes avec des pancartes et des slogans ont manifesté sur la RN 88 au Pertuis pour dire non au projet de déviation.
Près d'une centaine de personnes avec des pancartes et des slogans ont manifesté sur la RN 88 au Pertuis pour dire non au projet de déviation. © Radio France - Julien Gonzalez

C'était ce mercredi 17 juin une journée d'appels à des actions "contre la réintoxication du monde". En Haute-Loire, une mobilisation a eu lieu contre le projet de déviation sur la RN88 entre la commune du Pertuis et de Saint-Hostien.

Un projet qui a vu le jour dans les années 90 mais jamais relancé par l'Etat car jugé pas suffisamment prioritaire et coûteux. Et c'est finalement la Région Auvergne-Rhône-Alpes qui l'a relancé il y a trois ans. Au grand désarroi d'associations comme la FNAUT et France Nature Environnement 43 qui considèrent que la création d'une 2x2 voies serait dévastatrice pour l'environnement. Pour Jean-Jacques Orfèvre, vice-président de FNE 43, ce projet de contournement comme il est présenté est trop coûteux et trop destructeur pour l'environnement. 

"C'est un projet extrêmement destructeur puisque il y a une emprise de 140 hectares dont 80 hectares de terres agricoles !"

Pour Jean-Jacques Orfèvre, vice-président de FNE en Haute-loire, ce projet de déviation est trop daté, trop coûteux et surtout trop destructeur pour l'environnement.

"C'est un projet faramineux : 224 millions d'euros pour la seule déviation du Pertuis et de Saint-Hostien, c'est énorme et c'est la raison pour laquelle l'Etat qui est propriétaire de la route n'a pas donné suite au projet depuis 1997. Ce projet aurait un impact désastreux pour l'environnement pour les paysages mais il est concrètement extrêmement destructeur aussi puisqu'il y a une emprise de 140 hectares dont 80 hectares de terres agricoles. Et au-delà de ça, il y a bien entendu les zones humides qui sont supprimées. En 90, il n'y avait pas trop de sensibilité sur la question. Mais en 2020, on est passé à autre chose : il y a de moins en moins de zones humides, il y en a énormément qui ont été détruites donc le peu qui reste, il faut quand même essayer de les protéger. Ce projet-là, on espère qu'il sera arrêté. On ira jusqu'au bout, une procédure juridique s'il le faut !"

France Nature Environnement est une des associations à l'origine du rassemblement de ce mercredi qui a rassemblé près d'une centaine de personnes avec des pancartes à l'entrée du Pertuis pour dire non au projet. Une opération ralentissement sur la route avec des slogans comme "_Non au goudron, non au bitume"_. Ici, beaucoup sont membres d'associations écologistes, mais pas tous. Nathalie Collet est enseignante. Elle vit au Pertuis depuis 25 ans. Pour elle, cette déviation ce serait tout simplement un "désastre".

"Remplacer cette forêt par du bitume, c'est pas pensable !"

Pour cette habitante du Pertuis, ce projet de déviation va détruire un des poumons verts du département.

"Ça va être une route de 4 voies qui va être dans une forêt magnifique ! C'est pas possible : les décideurs ne sont jamais passés pour voir. L'été dernier qu'il faisait si chaud, tout le monde allait chercher le frais dans la forêt, il n'y a jamais eu autant de monde. Et remplacer cette forêt par du bitume, c'est pas pensable. Ça va certainement nous coûter de l'argent, je veux bien payer des impôts mais pas pour ça !" 

Xavier Maleysson lui aussi partage cette opposition à 100%. D'autant que pour cet agriculteur, cette déviation dévorerait 10 hectares de ses terres et engendrerait de gros problèmes pour s'approvisionner en eau. Je pense que je payerai prochainement 3.000 euros d'eau alors qu'aujourd'hui je l'ai gracieusement par la nature !

Avec cette déviation, cet agriculteur perdrait 10 hectares de ses terres ainsi qu'un accès précieux à une source d'eau pour sa ferme et ses exploitations.

"Notre ferme est alimentée par une source privée qui est le milieu central de la déviation, devant chez moi. Donc nous n'aurons plus d'eau sur notre ferme. Il faudra aller chercher l'eau de la ville pour abreuver nos maisons et nos exploitations. À titre indicatif, je pense que je payerai prochainement 3000 euros d'eau alors qu'aujourd'hui je l'ai gracieusement par la nature". 

Les associations promettent de nouvelle actions contre le projet de déviation si la région ne change pas sa copie. Elles affirment notamment ne pas être contre une déviation qui se limiterait à une route 2x1 voie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu