Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Manque d'eau : VNF met en place des restrictions de navigation sur le canal entre Belfort et Montbéliard

jeudi 9 août 2018 à 5:35 Par Jean-François Fernandez, France Bleu Alsace, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu

En raison du manque d'eau, Voies Nagivables de France met en place des restrictions pour la navigation sur la branche Sud du Canal du Rhône au Rhin : abaissement de 20 centimètres du niveau du canal et passages groupés aux écluses pour les bateaux de plaisance.

Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes
Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes © Radio France - Jean-Francois Fernandez

Étupes, France

Avec la sécheresse de cet été, la ressource en eau est insuffisante pour assurer la navigation dans des conditions optimales sur la branche sud du canal du Rhône au Rhin. Cette section de canal permet de relier le Rhin à hauteur de Mulhouse, à la Saône à hauteur de Saint-Symphorien (près de Dole). La branche Sud se situe entre Mulhouse et Montbéliard.

Le bassin de réserve de Champagney n'a pas assez d'eau

Bassin de Champagney qui n'a pas pu se remplir pour la saison estivale - Radio France
Bassin de Champagney qui n'a pas pu se remplir pour la saison estivale © Radio France - Jean-Francois Fernandez

Pour bien comprendre il faut savoir qu'à chaque fois qu'un bateau passe par une écluse, à l'ouverture des portes, on rejette en aval des mètres cubes d'eau. Pour assurer un niveau optimal et constant, Voies Navigables de France utilise soit les cours d'eau naturels, soit des "réserves". A Champagney en Haute-Saône, un bassin artificiel permet de retenir 13 millions de mètres cubes d'eau. Il se remplit l'hiver et se vide progressivement au cours de la saison estivale en fonction de l'utilisation des écluses. 

Mais cet hiver ce bassin a été totalement vidé, il s'agit d'une vidange décennale de contrôle et d'entretien. Les travaux ont pris du retard cet hiver, la remise en eau a donc été décalée. Avec ce retard et la sécheresse qui limite le niveau de la rivière le Rahin qui alimente ce bassin, ce dernier ne contient plus que 2 millions de mètres cubes d'eau au lieu des 13 millions nécessaires en haute saison.

Un besoin de 1/2 à 1 mètre cube par seconde 

Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes - Radio France
Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes © Radio France - Jean-Francois Fernandez

La ressource en eau dont dispose VNF sur le bief de partage est entre 1/2 mètre cube et 1 mètre cube par seconde sur le point le plus haut entre les deux bassins versants de la mer du Nord et la Méditerranée. Actuellement, VNF utilise la seule ressource disponible, la prise d'eau sur la rivère la Largue située à Friesen en Alsace qui permet d'assurer un niveau minimal pour la navigation sur cette section du canal. 

Limitation du mouillage à 1,60 m

Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes - Radio France
Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes © Radio France - Jean-Francois Fernandez

Pour limiter le prélèvement sur la ressource naturelle, le niveau du canal a donc été abaissé de 20 centimètres. Pour naviguer, le mouillage des bateaux est donc limité à 1,60 m au lieu des 1,80m en situation normale. Ne sont pénalisés que les péniches, c'est à dire le trafic marchand. Mais pendant la période estivale, le trafic marchand est extrêmement limité sur cette section. Pour la navigation de plaisance, seuls les yachts sont pénalisés, les autres bateaux de plaisance plus petits peuvent passer.

D'autre part le réseau n'est pas totalement étanche (contrairement à un canal artificiel en béton), la partie la plus haute de la berge, souvent végétalisée, est la plus poreuse et conduit au plus grand nombre de fuites. En diminuant les niveaux de 20 centimètres, on économise la ressource en eau.

Regroupement aux écluses

Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes - Radio France
Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes © Radio France - Jean-Francois Fernandez

Lorsqu'une écluse fonctionne, elle consomme autant d'eau qu'elle fasse passer un seul bateau ou plusieurs. Les plaisanciers ont donc obligation d'attendre et de passer par quatre bateaux à l'écluse. Selon VNF, le temps d'attente est limité à deux heures, trois au maximum. Sur un parcours avec plusieurs écluses, les bateaux se suivent et passent ensemble les écluses les unes derrière les autres. Ce regroupement permet de diviser par deux la consommation moyenne d'une journée d'exploitation.

Pas d'améliroration avant 15 jours

La particularité du Canal du Rhône au Rhin, c'est une succession de sections. Certaines sont naturelles, complètement raccordées à des cours d'eau, le Doubs par exemple, ou l'ill du côté alsacien. D'autres sections sont canalisées.  L'alimentation de ces sections canalisées est assez subtile et complexe et il difficile de les remettre à des niveaux corrects après des précipitations. Il va donc falloir attendre au moins 15  jours avant de pouvoir éventuellement lever ces mesures de restrictions. En moyenne sur cette section entre Mulhouse et Montbéliard, en un mois on comptabilise environ 150 bateaux. 

Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes - Radio France
Canal du Rhône au Rhin, écluse à Etupes © Radio France - Jean-Francois Fernandez

Liens :  Consulter l'état du réseau en France  ,  Calcul d'un itinéraire