Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Manuel Valls inaugure le tunnelier "Federica" du TGV Lyon-Turin et annonce les sources de financement françaises

jeudi 21 juillet 2016 à 17:22 Par Marie Ameline et Anabelle Gallotti, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

Le premier ministre a emprunté la descenderie de Saint-Martin La Porte ce jeudi pour approcher l'énorme tunnelier. En remontant à la surface, il a annoncé que les "résultats des tunnels routiers du Mont-Blanc et du Fréjus" serviraient à alimenter un fonds contribuant à financer les travaux.

Manuel Valls sur le chantier du TGV Lyon-Turin
Manuel Valls sur le chantier du TGV Lyon-Turin © Radio France - Anabelle Gallotti

Chambéry, France

Manuel VALLS est resté sous terre une petite heure, le temps d'inaugurer le tunnelier "Fédérica", livré en début d'année et qui dans les prochains jours va commencer à creuser la montagne. Les neuf kilomètres du tunnel de base de la future liaison à grande vitesse entre Lyon et Turin. Ce tunnelier est un monstre de 2400 tonnes, 150 mètres de long, 11 mètres de diamètre. Sa puissance est équivalente à 8 moteurs de Formule 1.

Le tunnelier Fedérica  - Radio France
Le tunnelier Fedérica © Radio France - Anabelle Gallotti

Comment la France la financer sa quote-part de 2,2 milliards d’Euros ?

La réponse du Premier Ministre

Réponse du premier ministre : "La France apportera 2,2 milliards d'euros, soit 25% (du coût des travaux), ce financement devra être sécurisé sur la durée de réalisation du projet, ne pas peser exclusivement sur le budget de l'Etat et concrétiser notre ambition de report modal. C'est pourquoi, le projet bénéficiera des financements d'un fond dédié et pérenne, le Fonds de développement d'une politique intermodale des transports dans le Massif alpin ». Le fonds "sera alimenté par les résultats des tunnels routiers du Mont-Blanc et du Fréjus. Il pourra également se voir affecter de nouvelles recettes, telles l'Eurovignette préconisée par les parlementaires Michel Destot et Michel Bouvard ». Cette vignette "fait l'objet d'une instruction juridique en lien avec les services de la Commission européenne et du gouvernement italien". Le coût de ce tunnel transfrontalier, d'une longueur de 57,5km, est estimé à 8,6 milliards d'euros, financés à 40% par l'Union européenne, à 35% par l'Italie et à 25% par la France.

Manuel Valls annonce le financement français du Lyon-Turin - Radio France
Manuel Valls annonce le financement français du Lyon-Turin © Radio France - Anabelle Gallotti