Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Mariage PSA-Fiat Chrysler : le "oui mais" des syndicats de Sochaux

Révélé par le Wall Street Journal ce mardi, le possible mariage entre PSA et Fiat Chrysler a été confirmé par les deux groupes. Chez les syndicats PSA de Sochaux, on voit plutôt d'un bon oeil cette union programmée à condition que l'emploi en tire un bénéfice.

S'il se concrétise, le mariage entre PSA et Fiat Chrysler pourrait avoir un impact sur les lignes de production de l'usine de Sochaux
S'il se concrétise, le mariage entre PSA et Fiat Chrysler pourrait avoir un impact sur les lignes de production de l'usine de Sochaux © Maxppp - Lionel Vadam

Sochaux, France

Après les révélations du Wall Street Journal ce mardi sur une possible union entre PSA et Fiat Chrysler, le groupe PSA a confirmé que « des discussions sont en cours ». Ce possible mariage entre les deux géants de l'automobile alimente les discussions notamment chez les syndicats PSA de Sochaux. Beaucoup y voient un effet plutôt positif. Ce mariage donnerait naissance au quatrième groupe automobile mondial, derrière Volkswagen, Renault Nissan et Toyota, avec 8,7 millions de véhicules vendus sous onze marques. Pour PSA, c’est une porte ouverte sur le marché nord américain avec des véhicules vraiment haut de gamme. Pour Fiat Chrysler, les portes de l’Asie, un meilleur ancrage européen et des moteurs performants.

Pourquoi pas fabriquer un véhicule Fiat à Sochaux ? - Patrick Michel, délégué FO

"C'est une bonne nouvelle car cela permet à PSA d'avoir une taille bien plus importante dans le monde. Ça va être le quatrième groupe mondial et on va pouvoir avoir une vraie place face à des géants comme Volkswagen ou Toyota. Mais il faut que l'emploi en France soit préservé à la production comme à la conception. Et qu'on en retire des bénéfices : pourquoi pas demain fabriquer un véhicule Fiat à Sochaux comme ce fut le cas avec Opel ? On est quand même la plus grande usine du groupe PSA", indique Patrick Michel, délégué central et secrétaire du groupe Monde chez PSA.

Un mariage gagnant gagnant pour la CFE CGC

Le syndicat CFE CGC y voit lui aussi un mariage gagnant gagnant au nom de la complémentarité. "L'intérêt, c'est que Fiat Chrysler est sur des gammes ou nous ne sommes pas. Et PSA lui a des longueurs d'avance sur l'activité moteur et est bien positionné au niveau CO2", indique Laurent Ochsel de la CFE CGC.

Menace sur l'emploi ?

Reste la question de l'emploi et des usines en France. Tout le monde s'accorde pour défendre les positions de PSA. La CGT, elle, dit carrément craindre pour l'emploi. "Le groupe PSA aujourd'hui, c'est 30.000 emplois en moins sur cinq ans. On a peur que cette fusion ou mariage se traduise par de nouvelles pertes", explique Jérôme Boussard pour la CGT de Sochaux. Les syndicats de Sochaux oscillent entre méfiance et enthousiasme mais ils sont convaincus que les discussions vont très vite aboutir à la publication des bans.

Le conseil d'administration de PSA a donné son feu vert ce mercredi soir à ce mariage avec Fiat Chrysler.

Choix de la station

France Bleu