Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Face aux élus marnais, le délégué interministériel à la sécurité routière défend la limitation à 80 km/h

jeudi 5 avril 2018 à 19:12 Par Raphaël Cann, France Bleu Champagne-Ardenne

Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, a rencontré les élus locaux à la préfecture à Chalons-en-Champagne ce jeudi. Il a présenté les mesures du gouvernement pour la sécurité routière et a notamment défendu la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires.

Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, défendait le projet de limitation à 80 km/h
Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, défendait le projet de limitation à 80 km/h © Maxppp - Jean-Marc Loos

Châlons-en-Champagne, France

Le projet de limitation de la vitesse maximale à 80 km/h sur les routes secondaires suscite la colère de certaines associations, mais aussi d'élus locaux. A la préfecture de Chalons-en-Champagne, le délégué interministériel à la sécurité routière les a rencontré pour défendre la mesure.

Il a assuré que cette mesure ne pénalisera pas les zones rurales, particulièrement concernées par la réduction de la vitesse maximale. Le délégué interministériel a été interpellé à ce sujet par un maire du Sézannais. Il lui a raconté l'opposition des habitants de son village à cette mesure. "Je comprends cette colère et je suis justement là pour la faire diminuer." a répondu Emmanuel Barbe.

"C'est dans les zones rurales que les routes sont les plus dangereuses. Cette mesure a justement son utilité sur ces routes là." a expliqué le délégué interministériel. 

Il a insisté sur le fait que cette mesure ne ralentira pas vraiment les conducteurs: "Compte tenu du trafic, des limitations à 30 dans beaucoup de villes qu'on peut croiser, tout montre qu'on va perdre assez peu de temps." 

Cette mesure sera mise en place à partir du 1er juillet. Le délégué interministériel à la sécurité routière a donné rendez-vous aux élus locaux dans un an, pour faire le bilan de la mesure.