Transports

A Marseille, la RTM peut vous verbaliser par vidéosurveillance, tout comme la police municipale

Par Tony Selliez, France Bleu Provence et France Bleu mardi 27 octobre 2015 à 16:59

Quatre écrans sous les yeux en permanence pour cet agent de la RTM assermenté
Quatre écrans sous les yeux en permanence pour cet agent de la RTM assermenté © Radio France - Tony Selliez

Des PV grâce à la vidéo-surveillance, ça existait déjà à Marseille. Grâce à la police municipale. Mais la volonté est d'aller encore plus loin : désormais des agents assermentés de la RTM (Régie des Transports marseillais) peuvent aussi verbaliser grâce aux caméras de surveillance de la ville.

La RTM, la Régie des transports marseillais, ne veut plus céder face au laxisme de certains automobilistes. Et pour "muscler" sa lutte contre le stationnement illicite, des agents assermentés peuvent désormais bénéficier des caméras de vidéo-verbalisation du CSU, le centre de supervision urbain.

135 euros si vous occupez un couloir de bus

C'est le fruit d'une convention entre la RTM et la ville de Marseille. L'objectif : renforcer la fluidité de la circulation automobile. Les bus et tramways sont régulièrement freinés dans leur progression, à cause de voitures mal garées, que ce soit sur les voies pourtant réservées aux bus par exemple, ou sur leurs places de stationnement.

Les agents peuvent facilement zoomer sur les plaques d'immatriculation pour identifier les automobilistes négligents. Un agent de la RTM est ainsi en poste chaque jour, de 10h à 17h, en plus de tout le travail de verbalisation déjà réalisé sur le terrain.

38 points noirs identifiés à Marseille

Plus de 300 PV ont déjà  été dressés depuis la mise en place de ce système, il y a moins de deux semaines.. à la mi-octobre. Comme pour les radars, les PV sont ensuite envoyés directement à l'adresse du contrevenant. 38 points noirs ont été répertoriés sur la ville ;  18 d'entre eux, pour l'instant, sont dans des zones déjà surveillées par les caméras.

"C'est un partenariat qui vient compléter de façon tout à fait ciblée le travail colossal fait par la vidéo-verbalisation et par la police municipale sur le terrain, explique Caroline Pozementier, l'adjointe au maire déléguée à la Sécurité publique et à la Prévention de la délinquance. "Les opérateurs de la RTM restent dans leur compétence : les couloirs de bus, les rails de tramways. Mais attention, promet-elle aussi, ce n'est pas une politique de matraquage, nous ciblons les axes prioritaires."

Le Centre de Supervision urbain compte aujourd'hui plus de 650 caméras dans tous les secteurs de la ville. Plus de 45 000 PV liés au stationnement ont été réalisés par vidéo-verbalisations au total l'an dernier (2014) à Marseille.