Transports

Pour éviter les bouchons, Bordeaux Métropole expérimente le covoiturage sur les voies de bus

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde vendredi 20 janvier 2017 à 4:00

Pour rentrer dans les clous, il faut être au moins deux personnes dans la voiture
Pour rentrer dans les clous, il faut être au moins deux personnes dans la voiture © Radio France - Pauline Pennanec'h

Dès ce lundi 23 janvier, Bordeaux Métropole expérimente un dispositif inédit en France à Mérignac : la pratique du covoiturage sur les voies de bus. Objectif : désengorger le trafic sur l'avenue Marcel-Dassault, qui amène près de 8.000 personnes vers les entreprises du secteur.

Tous les matins c'est la même rengaine pour près de 8.000 automobilistes : les bouchons sur l'avenue Marcel-Dassault, à Mérignac, de 8 heures jusqu'à 10 heures, puis le soir aux heures de pointe. Cette route est située entre les entreprises Thalès, Dassault Aviation, l'Ingénierie de Maintenance Aéronautique, Stelia Aerospace... et d'autres encore.

Pour désengorger le trafic, Bordeaux Métropole cherche des solutions. Dès lundi, elle lance une expérimentation : les gens qui feront du covoiturage pourront aller plus vite que les autres, par la voie des bus. C'est une première en France. À toute heure de la journée, les automobilistes, et leurs covoitureurs à bord, pourront emprunter la voie réservée aux bus sur les 1.200 mètres de l'avenue, entre l'avenue Edouard-Faure et le chemin du Phare.

La portion de 1.200 mètres de l'avenue, qui mène au Campus Thalès - Aucun(e)
La portion de 1.200 mètres de l'avenue, qui mène au Campus Thalès - Google Maps

Au moins deux à bord

Les voitures vont-elles bloquer la circulation sur la voie destinée aux bus ? Non, justement, seule la ligne 11, qui relie Martignas-les-Pins à Bordeaux, passe régulièrement sur cette avenue Marcel-Dassault, avec une fréquence d'un bus toutes les 30 minutes. C'est pour cette raison que Bordeaux Métropole a décidé d'expérimenter cette mesure.

Pour être dans les clous, il faut être au moins deux adultes dans la voiture. On ne compte pas les enfants à l'arrière. Si vous ne jouez pas le jeu, vous ne le referez pas deux fois : l'amende coûte quand même 135 euros.

Si l'expérimentation fonctionne bien, dès lundi elle va permettre pour les automobilistes de faire le trajet en quatre minutes montre en main, au lieu des 20 minutes habituelles. L'expérimentation va durer six mois.