Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Métro, RER, bus : comment survivre à la chaleur dans les transports en commun ?

mardi 3 juillet 2018 à 16:17 Par Margaux Stive, France Bleu Paris

Vous l'avez sans doute vécu ces derniers jours : le gros coup de chaud dans le métro, ou dans le RER. En Île-de-France le thermomètre frise les 30 degrés depuis plus d'une semaine, et dans les transports en commun c'est encore pire !

Une bouteille d'eau et un éventail : les deux basiques pour survivre à la chaleur
Une bouteille d'eau et un éventail : les deux basiques pour survivre à la chaleur © Radio France - Margaux Stive

Paris, France

Pas d'air, une ambiance moite, l'impression d’étouffer : c'est la sensation que l'on a en ce moment quand on prend les transports en commun. Avec des températures de plus en plus chaudes ces derniers jours en Île-de-France, prendre le métro ou le RER est devenu un enfer pour beaucoup d'entre nous. Alors comment survivre à la chaleur ? France Bleu Paris vous donne quelques conseils.

Le plus simple : faire tomber la veste

Sur le quai du RER D à Châtelet, Patrick est en nage. Il fait 45 minutes de trajet tous les jours pour aller au travail et en ce moment il vit un enfer. Quand on doit travailler en pantalon et chemise, il faut faire avec. Veste sur les bras, il a toujours deux bouteilles d'eau dans son sac, mais cela ne suffit pas vraiment. Alors il arrive tous les jours au travail en sueur. "Ce n'est pas très professionnel", reconnait-il, mais pas le choix. Autre option, comme Jacques enlever la cravate. Dounia, elle, a une chemise blanche qui ne tient pas trop chaud, du coup elle la lave tous les soirs. 

Le plus vintage : ressortir son éventail

Laetitia, elle, ne sort plus sans ses deux éventails, sa _"climatisation portative"comme elle les appelle. En plus "cela revient à la mode"_ souligne-t-elle. Et ce n'est pas la seule à faire cela. Dans le métro, ceux qui n'ont pas de vrais éventails font avec les moyens du bord : un ticket de caisse, un prospectus ou un magazine font aussi l'affaire pour s'éventer en cas de coup de chaud. 

Le plus classique : la bouteille d'eau

Corinne elle a la boule au ventre tous les matins. Elle a déjà fait deux malaises et elle a peur de tomber dans les pommes dans le métro. Alors elle se promène toujours avec sa bouteille d'eau en cas de coup de mou. Mais pour Karina, il faudrait carrément des points d'eau dans les couloirs du métro, pour pouvoir remplir sa bouteille ou juste se rafraîchir entre deux correspondances. 

Le plus original : le ventilateur pour téléphone

Carmen elle, ne craint presque plus la chaleur dans le métro. Elle a trouvé la solution : un mini ventilateur qu'elle branche sur son smartphone et qui marche seulement grâce à la batterie du téléphone. 

Sinon, sachez que la SNCF distribue en ce moment des brumisateurs dans les gares desservies par le RER D, et la ligne R du Transilien.