Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Métropole de Grenoble : après les trottinettes, les vélos électriques en libre-service

-
Par , , France Bleu Isère

Ils arrivent. Les vélos électrique en libre-service promis par ma Métropole de Grenoble sont en train d'être déployés. Ils fonctionnent de la même manière que le service de trottinettes déployé en début d'été et qui connait un franc succès.

Les premiers vélos en partage "Pony" sont positionnés sur les places dédiées à Grenoble
Les premiers vélos en partage "Pony" sont positionnés sur les places dédiées à Grenoble © Radio France - Laurent Gallien

Des vélos électriques "Pony" font actuellement leur apparition dans la métropole de Grenoble, sur les places de stationnement qui ont été "neutralisées" et sont désormais dédiées aux trottinettes et vélos électrique en libre-service partagé. Ce nouveau service, confié par Grenoble Alpes Métropole à un opérateur privé basé à Angers, vient compléter l'offre de trottinette "Tier" installée depuis le début de l'été. Il concerne d'abord Grenoble, le campus de Saint-Martin-d'Hères et la zone d'activité Inovallée (entre Meylan et Montbonnot-Saint-Martin). Des vélos une place pour l'instant, des vélos permettant de prendre un passager, autre promesse de l'entreprise, arriveront "à la fin du mois d'octobre" précise Paul-Adrien Cormerais, co-fondateur de Pony. Il connait bien Grenoble pour y avoir fait ses études (à l'Ensimag) et c'est la 4e ville où sa société s'installe après Angers, Bordeaux et Oxford. 

Un fonctionnement qui permet d'éviter les "débordements"

Comme pour les trottinettes, il suffit de télécharger une application et de scanner le QR code pour emprunter le vélo. Evidemment le service est payant : un euro pour le déverrouillage puis 0,19 euro par minute d'utilisation. Il n'est pas nécessaire de prendre un abonnement mais "vous pouvez également vous abonner, explique Paul-Adrien Cormerais, ce qui permet de réduire le prix du trajet. On a des offres à partir de 19 euros par mois [...], on a des offres étudiantes qui vont arriver à partir de 5 euros par mois".

Le fonctionnement du Pony avec son patron Paul-Adrien Cormerais

De la même manière que les trottinettes, le vélo se prend et se dépose sur un emplacement dédié et il est automatiquement bridés à 6 km/h lorsque l'utilisateur entre dans des parcs et zone piétonnes. Leur vitesse maximum en utilisation normale est de 25 km/h. Cent vingt vélos vont être déployés d'ici vendredi, cinq cent au total d'ici quelques semaines et la société compte même atteindre un millier si le service trouve son public.

L'autonomie des vélos Pony permet de rentrer chez soi, pas d'aller se promener dans la campagne explique Paul-Adrien Cormerais

Choix de la station

À venir dansDanssecondess