Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Metz : le stationnement payant s’étend dans le centre-ville

lundi 31 juillet 2017 à 13:58 Par Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord

Ce mardi 1er août, près de 1800 places de stationnement supplémentaires deviennent payantes à Metz. La mesure ne fait pas que des heureux, mais la maire assume sa lutte contre les "voitures ventouses".

Il sera encore plus difficile d'échapper aux horodateurs pour stationner dans Metz
Il sera encore plus difficile d'échapper aux horodateurs pour stationner dans Metz © Radio France - Clément Lhuillier

Metz, France

L’été à Metz, les horodateurs poussent comme des champignons. Ils envahissent les quartiers du Pontifroy, du Sablon, de l’Amphithéâtre, le bas de Queuleu…

Jusqu’à présent inoffensifs, les appareils commencent à se nourrir de la monnaie des automobilistes à partir de ce mardi 1er août, qui marque l’entrée en vigueur de nouvelles zones de stationnement payant dans le centre-ville messin, décidée fin 2016 par la mairie. En tout, 1800 places payantes viennent s’ajouter aux 2800 déjà existantes dans Metz.

Des riverains partagés

Ceux qui ont l’habitude de se garer gratuitement pour venir faire leurs courses ou travailler devront changer leurs habitudes. Dans le quartier Ste Thérèse, autour du site de l’ancien hôpital Bonsecours, la mesure est accueillie avec des sentiments mitigés. Esther, riveraine, constate qu’il est "de plus en plus difficile de trouver une place pour se garer", tandis que Patrick, restaurateur, craint que cela ne fasse davantage "fuir les clients". Lui aurait préféré la création de zones bleues, avec un disque horaire pour limiter le temps de stationnement.

Lutter contre les voitures ventouse

Accusée par ses détracteurs de vouloir se remplir les poches sur le dos des automobilistes, la mairie se défend et affirme que cette mesure est justement faite pour les habitants de Metz.

65% des gens qui viennent stationner à Metz viennent d’en dehors de la métropole, souvent pour travailler. Il n’est donc pas normal que pour ces gens-là, les messins soient les seuls à supporter le coût de l’entretien de cette voirie. (Guy Cambianica, adjoint à la mairie de Metz en charge de la mobilité)

La municipalité est donc bien décidée à mettre fin à ce phénomène des voitures tampons en surface et à favoriser la rotation. Et gare à ceux qui ne respecteraient pas les règles : ils n'échapperont pas aux contraventions (17 euros pour non paiement ou dépassement). La collectivité invite ces automobilistes à prendre des places de parkings. Mais là aussi, il faudra payer… Quand aux riverains, ils se voient proposer un stationnement à tarifs réduits dit "résident". Encore faut il en être informé... La voiture devient donc bien "persona non grata" à Metz.