Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Mobilité au Pays Basque : le train, une alternative à la voiture ?

-
Par , France Bleu Pays Basque

La mobilité et ses difficultés à la une de France Bleu ce jeudi. C'est une réalité au Pays Basque avec notamment des bouchons quotidiens aux entrées et sorties de l'agglomération bayonnaise. Le train est une alternative au tout-voiture. Zoom sur la ligne Bayonne St Jean Pied de Port

Un temps menacée, la ligne ferroviaire Bayonne-Saint Jean Pied de Port a été entièrement réhabilitée
Un temps menacée, la ligne ferroviaire Bayonne-Saint Jean Pied de Port a été entièrement réhabilitée © Radio France - Oihana Larzabal

Il y a 10 ans, la ligne ferroviaire Bayonne / St-Jean-Pied-de-Port était désélectrifiée. L'avenir du train était alors clairement menacé. "La ligne a été réhabilitée, sous l'impulsion de la région" se souvient Alfontxo Idiart, maire de Saint-Jean-Pied-de-Port. Un chantier de près de 70 millions d'euros financé à parts égales entre l'Etat, la région et Réseau Ferré de France (RFF, devenu depuis SNCF réseau) qui s'est terminé à l'automne 2015.  

Une ligne sous-exploitée 

Depuis trois ans, les trains circulent à nouveau presque normalement. Mais le maire de Saint Jean Pied de Port, Alfontxo Idiart, a le sentiment que le potentiel de la ligne n'est pas exploitée à son maximum. Sentiment partagé par les cheminots : "Mettre des millions pour seulement quatre allers-retours par jour !" s'étonne Julien Delion, représentant CGT. Des trains qui sont rarement pleins qui plus est.

"C'est surtout les horaires qui sont à améliorer" - Alfontxo Idiart, maire de Saint Jean Pied de Port

Horaires inadaptés

"Je vais sur la côte par la route à chaque fois que je ne peux pas prendre le train, parce qu'il n'y en a pas à la bonne heure", explique Mickael, habitant Jaxu. Idem pour Loretxu, qui demande à ses parents de l'emmener sur Bayonne en voiture. Le lycée de Navarre a dû modifier l'emploi du temps de ses élèves pour que ceux qui viennent en train ne ratent pas de cours le lundi matin ou le vendredi après-midi.

1 500 élèves et 60 000 pèlerins viennent chaque année à Saint Jean Pied de Port. Une petite partie seulement prend le train
1 500 élèves et 60 000 pèlerins viennent chaque année à Saint Jean Pied de Port. Une petite partie seulement prend le train © Radio France - Oihana Larzabal

Trafic interrompu régulièrement

"Le moindre petit éboulement provoque des arrêts" regrette Alfontxo Idiart. La circulation du train Bayonne-Garazi risque à nouveau d'être interrompue au mois de mars pour réaliser des travaux de sécurisation sur la ligne. "Après 70M€ de travaux, la SNCF a été incapable de nous fournir une ligne robuste" regrette Mathieu Bergé. Et au conseiller régional en charge du dossier de poursuivre : "La SNCF coûte très cher et le service rendu n'est pas à la hauteur." D'où cette nouvelle grille horaire, négociée avec la SNCF et la Communauté d'agglomération Pays Basque et qui sera mise en service en décembre 2019. Elle prévoit deux trains au lieu d'un, et quatre allers-retours supplémentaires par jour entre Bayonne et Cambo pour 1,2 millions d'euros de plus par an, soit un coût total de fonctionnement de la ligne de 2,4 millions d'euros annuels.

Mathieu Bergé, invité de France Bleu Pays Basque, détaille la nouvelle grille horaire de la ligne Bayonne-Garazi qui sera mise en place en décembre 2019

Bien mais peut mieux faire...

L'objectif affiché du nouveau plan transport est de permettre aux habitants des trajets domicile-travail en train avec des horaires adaptés. "Une desserte cohérente matin et soir" admet Thomas Giacomini, du syndicat LAB "mais le bassin de Garazi est oublié entre 9h et 16h avec un seul aller-retour dans ce créneau, sans parler du week-end où sur 15 trains, quatre seulement auront une correspondance avec un TGV".

"Le nouveau plan est cohérent le matin et le soir. Maintenant, il faut transformer l'essai en journée aussi" - Julien Delion, représentant CGT

Autres alternatives

En plus du train, la Communauté d'agglomération Pays Basque proposera de nouvelles offres de mobilité à partir de septembre 2019 avec un meilleur cadencement des bus interurbains (toutes les 30 minutes entre Bayonne et Hasparren, Ustaritz et Cambo), la création de trois lignes urbaines à Cambo, Mauléon et en Amikuze ou encore des vélos en libre-service sur toutes les communes du littoral.

Parallèlement, l'agglo a négocié un tarif préférentiel pour les usagers de l'A63, jusqu'à 70% de réduction aux heures de pointes, pour tenter de désengorger le trafic le matin et le soir.

Toutes ces mesures vont coûter chaque année un million d'euros à la CaPB.

À DECOUVRIR ►►► Les autres points noirs identifiés par France Bleu dans l'hexagone

Choix de la station

À venir dansDanssecondess