Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Reims : transports urbains et mobilités pour le candidat Arnaud Robinet

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Après la "qualité de ville" la semaine dernière, le maire sortant de Reims Arnaud Robinet a dévoilé le 2ème engagement de sa campagne : "Des solutions de transport accessibles, répondant à toutes les demandes !". Pour ça il veut notamment créer des lignes de "bus haut niveau de service".

Arnaud Robinet, le maire sortant de Reims, a présenté son 2ème engagement de campagne sur le thème des transports
Arnaud Robinet, le maire sortant de Reims, a présenté son 2ème engagement de campagne sur le thème des transports © Radio France - Aurélie Jacquand

Pour augmenter la fréquentation dans les transports en commun, il faut augmenter l'offre. Voilà l'idée de base avancée par le maire sortant de Reims, Arnaud Robinet, candidat sans étiquette à sa réélection. Et c'est accompagné de Catherine Vautrin, la Présidente du Grand Reims, qu'il a présenté ses engagements. Le Grand Reims qui rappelons-le, est en charge de la compétence "transport en commun" et dépense chaque année 18 millions d'euros dans ce domaine.

Deux lignes de "Bus haut niveau de service"

La première proposition d'Arnaud Robinet est de créer deux lignes BHNS, sorte d'hybride entre un tramway et un bus. "Ca a la forme d'un tram, le confort d'un tram, la vitesse commerciale d'un tram, mais ça ne nécessite pas de gros travaux de voierie", explique le maire sortant de Reims, qui a aussi fait ses calculs : "Construire une ligne de tramway coûte 20 millions d'euros par kilomètre quand un BHNS coûte 9 millions"

Son intention est de créer deux lignes pour relier l'ouest à l'est (Tinqueux à Cormontreuil) et le nord au sud (Bétheny à Champfleury), avec à chaque bout des parkings relais. Une création qui pourrait permettre de diminuer la circulation des bus en centre-ville et notamment dans le secteur du théâtre : "On passerait de 1 300 à 400 passages de bus dans ce secteur", affirme Arnaud Robinet.

Pas de gratuité des transports

D'après les chiffres avancés par le maire sortant, l'usager des bus et du tram paie un quart du coût de son voyage. Mais si il n'est pas question pour Arnaud Robinet de rendre les transports gratuits pour tous "Car améliorer les transports nécessite des investissements", il propose une gratuité lors des sorties scolaires, la fin de la limite kilométrique pour accéder au titre scolaire "junior" (25 000 collégiens et lycéens concernés dans le Grand Reims) et un abonnement à moins 50% du tarif normal pour les moins de 26 ans.

Mieux desservir la zone Farman

Les transports en commun sont financés à hauteur de 40 millions d'euros chaque année par les entreprises, via le versement transport, et la plus grande part provient de la zone Farman, pourtant très mal desservie par les bus. Pour répondre à cette problématique, Arnaud Robinet propose de généraliser le transport à la demande : "C'est-à-dire qu'en fonction du nombre d'entreprises et de salariés concernés, ils pourront demander au prestataire, Citura, d'avoir un bus aux horaires qui les arrangent".

Toujours afin de mieux desservir cette zone d'activité, le maire sortant de Reims s'engage à créer la halte Beine-Farman, afin de "boucler la ceinture ferrée", dit-il

La circulation automobile et cyclable

Si il est réélu le 22 mars prochain, Arnaud Robinet prévoit par ailleurs 20 à 25 millions d'euros pour réaliser le contournement extérieur par les Tondeurs et ainsi désengorger la traversée urbaine. Voie Taittinger sur laquelle il souhaite également limiter la circulation des camions de transit.

Une politique qui s'accompagne d'un plan cyclable. "Nous voulons continuer de créer des pistes cyclables là où ça pose problème, nous voulons aussi poursuivre le déploiement des parkings à vélos et mettre en place des cheminements cyclables qui pourraient être parallèles aux axes qui ne sont pas aménageables, comme l'avenue de Laon par exemple", explique Arnaud Robinet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu