Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Transports

Nantes : le service d'auto-partage Marguerite a 10 ans et peu d'abonnés

jeudi 7 juin 2018 à 8:02 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

En 10 ans la petite voiture orange et noire n'a séduit que 2000 abonnés. Ce dispositif 100% privé ne reçoit aucune aide publique mais bénéficie de certains avantages comme des places de parking gratuites. Une élue de la majorité propose d'autres outils d'auto-partage en complément.

L'une des 47 stations Marguerite de Nantes.
L'une des 47 stations Marguerite de Nantes. © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

Difficile de parler de réussite pour Marguerite. Cela fait 10 ans que la voiture en libre service est arrivée dans la cité des ducs. L’objectif des 1500 abonnés a été atteint avec 5 ans de retard en 2017 au lieu de 2012.

Malheureusement pour la petite voiture orange et noire, il y en a qui ont oublié jusqu'à son existence. Catherine est boulangère sur l'Ile de Nantes :

Je pensais que ça n'existait plus. On n'en voit jamais."

Marguerite n'a pas disparu de Nantes. Sa station a juste parfois été déplacée un peu plus loin. Devant le commerce de Nicolas par exemple quartier Zola. Mais le pompiste ne comprend pas comment cela peut être rentable. 

Des fois elle peut être prise trois fois par jour, des fois rien du tout. Perso, je ne sais pas comment ils font."

Il existe cependant des stations Marguerite qui fonctionnent bien.  Pour un abonnement mensuel à 12 euros + 5 euros l'heure + 50 centimes le km, le véhicule en auto partage installé devant la boutique de Sébastien près de Sainte-Thérèse semble avoir trouvé son public. 

Quand je rentre chez moi aux pauses la voiture est prise. C'est pratique cette petite citadine pour aller faire ses courses."

Une voiture en commun pour les logements collectifs

Marguerite à Nantes c’est aujourd’hui 47 stations, 55 véhicules et 2000 abonnés. Un chiffre en augmentation régulière mais qui reste bien faible fait remarquer Julie Laernoes au regard des 300 000 habitants que compte la ville. La vice-présidente de Nantes Métropole en charge de la transition écologique réfléchit à soutenir d'autres initiatives.

C'est un réel enjeu de circulation, d'environnement, de santé et de bien-être. (Marguerite) est-ce l'outil le plus adéquat ou faut-il avoir différents outils et réfléchir à soutenir des initiatives comme (l'idée d')une voiture en commun dans les logements collectifs ?"

Julie Laernoes, conseillère municipale à la Ville de Nantes et Vice-présidente de Nantes Métropole. - Radio France
Julie Laernoes, conseillère municipale à la Ville de Nantes et Vice-présidente de Nantes Métropole. © Radio France - Pascale Boucherie

"Marguerite n'est pas soutenue, ni par Nantes ni par Nantes Métropole"

L'opposition municipale a un regard différent sur la question. Pour Laurence Garnier si le dispositif nantais d'auto-partage ne marche pas fort c'est la faute à la mairie et à Nantes Métropole.

Je déplore que la Métropole n'a a la bouche que les mots de (...)  ville apaisée sans se donner vraiment les moyens de décliner cette politique. "

Interrogée sur le fiasco d'Autolib à Paris, Laurence Garnier estime "qu' Autolib montre la nécessité d'une très grande prudence sur les montages financiers mais ça ne justifie pas un refus de principe de la collectivité". 

Marguerite n'est pas subventionnée mais bénéficie malgré tout de certains avantages comme la gratuité des parkings. Elle ambitionne de développer son maillage sur Nantes à raison de 5 stations supplémentaires par an. Elle souhaite même être présente en périphérie de la ville.