Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Nantes : les automobilistes paient mieux leur stationnement

vendredi 1 février 2019 à 3:00 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Il y a un an, le PV de stationnement est passé de 11 à 35 euros à Nantes. Mais les recettes sont moins importantes que ce qu'avait prévu la ville, signe que les automobilistes paient mieux leur stationnement, pour éviter les amendes.

Depuis un an, les PV de stationnement sont passés de 11 à 35 euros à Nantes
Depuis un an, les PV de stationnement sont passés de 11 à 35 euros à Nantes © Maxppp -

Nantes, France

Depuis un an, le PV de stationnement est passé de 11 à 35 euros à Nantes. Et la conséquence, ce n'est pas que la ville a récupéré plus d'argent, non, au contraire. La conséquence, c'est que les automobilistes paient mieux leur parking.

Depuis un an, ce n'est plus l'État qui gère les PV de stationnement mais les villes

Si le montant du PV a plus que triplé, l'an dernier, c'est parce que c'est désormais aux villes de gérer le stationnement et plus à l'État (qui reversait auparavant une partie des recettes aux collectivités). C'est à elle de collecter l'argent des horodateurs et de traiter, aussi, tout ce qui est amendes. Et il faut payer les gens pour s'en occuper. C'est ce qu'expliquait à l'époque Pascal Bolo, le premier adjoint en charge des finances.

Les Nantais préfèrent payer deux euros de stationnement plutôt que risquer d'avoir à payer 35 euros

La ville avait donc évalué une somme qu'elle s'attendait à percevoir pour l'année 2018. Et, à l'arrivée, elle est plus basse que ce qui avait été anticipé. "Nous avions surévalué les recettes de ce forfait post-stationnement", explique Pascal Bolo. "Tout simplement parce que les Nantais paient de mieux en mieux leur stationnement. Ils préfèrent payer deux euros de stationnement plutôt que risquer d'avoir à payer 35 euros de l'équivalent d'une amende. Et je pense qu'ils font le bon choix", poursuit le premier adjoint, "ce système n'a jamais été fait pour remplir les caisses de la ville mais pour fluidifier le stationnement".