Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Nantes : les conducteurs de la Tan en ont marre des caillassages

-
Par , France Bleu Loire Océan

Six caillassages en l'espace de quatre jours, entre lundi et jeudi dernier, c'est le bilan dressé par la CFDT. Les bus et les trams sont régulièrement pris pour cible, et d'autant plus pendant les vacances scolaires souligne le syndicat.

La ligne 1 est la plus touchée par les caillassages selon la CFDT.
La ligne 1 est la plus touchée par les caillassages selon la CFDT. © Maxppp - Romain Boulanger

Nantes, France

"Ça peut être des cailloux, des objets, des morceaux de plastique, tout ce qu'il y a autour de la voie de bus ou de tramway", révèle Pascal Lucas, conducteur, contrôleur à la Tan et délégué CFDT. Les caillassages des transports en commun sont réguliers ces derniers jours dans la métropole nantaise.

C'était assimilé à une embuscade. Le conducteur a eu très peur, les passagers aussi."    
- Pascal Lucas, conducteur et délégué CFDT à la Tan

La liste est longue. Le jeudi soir, le tram 3 est caillassé au quartier du Château à Rezé, ainsi que les bus de la ligne 26 et 36. Le mardi, le tram 3 avait déjà été victime de jets de projectiles, le bus C6 également. C'est surtout le caillassage du bus C3 dans le quartier Malakoff qui a marqué les esprits. "Le conducteur a eu très peur", continue le syndicaliste.

Une police métropolitaine des transports

"Il y a de plus en plus d'habitants dans la métropole, mais _le niveau de la sécurité dans le réseau de transports n'a pas évolué_", assure Pascal Lucas. Il y a selon lui, trop peu de personnes qui s'en occupent : 12 agents de la police nationale, quelques gendarmes et la police municipale ponctuellement, mais seulement dans l'hyper-centre.

"La solution pour moi, c'est vraiment d'aller vers une police métropolitaine des transports, pour au moins coordonner les équipes déjà mobilisées, poursuit le conducteur. On est en train, au niveau de l'écologie, d'inciter les gens à prendre les transports en commun, il faut au minimum leur assurer la sécurité. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu