Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Navette Air France entre Bordeaux et Paris : clap de fin annoncé cette semaine

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Selon la CCI de Bordeaux Gironde, la navette Air France entre l'aéroport de Bordeaux Mérignac et Orly devrait être définitivement supprimée dès la fin de la semaine. Le président Patrick Seguin évoque le "mépris" du gouvernement.

Les liaisons entre Bordeaux et Orly pourraient être supprimées dans les jours qui viennent.
Les liaisons entre Bordeaux et Orly pourraient être supprimées dans les jours qui viennent. - © Maxppp

Le couperet va tomber dans les prochains jours. C'est en tous cas ce que croit savoir Patrick Seguin, le président de la CCI Bordeaux Gironde. Il annonce ce lundi avoir été informé par Air France que les vols entre l’aéroport de Bordeaux Mérignac et l'aéroport d'Orly seront supprimés à partir de la semaine prochaine. Le gouvernement s'apprêterait à prendre un décret pour les interdire et aurait demandé à la compagnie de stopper dès à présent les réservations. Vérification faite sur le site d'Air France, il est effectivement désormais possible de réserver un billet vers la capitale au départ de Bordeaux, mais uniquement vers l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. 

Nous sommes méprisés par le gouvernement

Les élus bordelais ainsi que les acteurs du monde économique se sont mobilisés depuis plusieurs semaines et les menaces du gouvernement visant cette ligne fréquentée par plus de 560 000 voyageurs chaque année, notamment par les salariés des groupes aéronautiques implantés à Mérignac. En contrepartie de son aide de 7 milliards d'euros à Air France, et pour des raisons écologiques, l'Etat a réclamé la fin des lignes intérieures lorsqu'il existe une concurrence avec la LGV. Une lettre signée par Alain Rousset, le président du Conseil régional, Nicolas Florian, le maire de Bordeaux, Patrick Bobet, le président de Bordeaux Métropole, Alain Anziani, le maire de Mérignac, et Patrick Seguin, le président de la CCI Bordeaux Gironde, a été envoyée au Premier ministre Edouard Philippe le 18 mai pour réclamer le maintien d'un "service aérien suffisant entre Bordeaux Mérignac et Orly".

Plus d'un mois plus tard, la concertation souhaitée par les élus et les représentants du monde économique à Bordeaux a été supervbement ignorée par le gouvernement. "Nous sommes méprisés, affirme Patrick Seguin. C'est une décision dictatoriale. Personne ne nous a répondu et la décision est unilatérale 'on ferme la navette'. On nous parle de l'alternative constituée par le TGV. Mais, avant le Covid, les trains étaient pleins matin et soir. Je ne sais pas où vont aller les salariés qui utilisent la navette. En voiture peut-être...". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu