Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

"On ne reviendra pas vers la SNCF" : après six semaines de grève, les usagers font le bilan

lundi 14 mai 2018 à 6:04 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

Alors que le 9ème épisode de grève en pointillé se termine ce soir, les syndicats de la SNCF tentent de relancer la mobilisation des cheminots, avec le début de "Vot'Action". Du côté des voyageurs, quel état d'esprit après un mois et demi de grève ?

Gare TER dans l'Yonne
Gare TER dans l'Yonne © Radio France - France Bleu Auxerre

Yonne, France

En gare de Laroche-Migennes, ils sont nombreux à attendre un train, parfois plus d'une heure en avance. Histoire de ne pas le rater - les jours de grève, on ne s'y reprend pas à deux fois. 

"Les trains du matin, ils partent toujours à la même heure" 

Même s'ils sont rares, il y en a quelques-uns qui n'ont pas eu besoin de changer leurs habitudes malgré la grève, comme ce pompier, qui prend le premier train du matin, direction Paris. "Concrètement, ce sont les mêmes horaires. Je mets un peu plus de temps, car il s'arrête dans toutes les gares, mais je ne suis pas vraiment gêné par la grève", assure-t-il.

Les professionnels bloqués à chaque épisode

Mais d'autres n'ont pas cette chance. "Je perds énormément d'argent", lâche Laurent. Ce chef d'entreprise icaunais déplore la paralysie de son commerce, à chaque nouvel épisode de grève : "J'utilise énormément la SNCF pour déplacer mes machines, là je dois justement déplacer mes bureaux... Et je ne peux pas le faire. Même mon personnel ne peut pas se déplacer."

Les transports alternatifs se multiplient

Pour les particuliers, c'est un peu moins galère. Lilou, étudiante, a trouvé son rythme : "Moi, ça ne me dérange pas plus que ça. Covoiturage, bus : j'arrive à m'adapter." Même son de cloche pour Soraya, venue récupérer un ami à Laroche-Migennes : "On s'arrange. Dans l'Yonne, on se connaît bien, donc on essaie de trouver des familles pour emmener les enfants, et les Flixbus ne sont pas mal aussi !"

La SNCF craint une fuite de ses usagers

Covoiturage, bus ou encore télétravail : les solutions ne sont pas toujours évidentes, mais elles existent bel et bien. Et les Français pourraient bien s'y habituer... quitte à oublier leurs bonnes vieilles habitudes ferroviaires. "_Disons qu'on s'en désintéresse de plus en plu_s", explique Chantal. "A un moment, on ne prendra plus du tout le train, on ne reviendra pas vers la SNCF !"

C'est justement pour éviter cette fuite des usagers que la direction de la SNCF a lancé son "opération de reconquête" : des billets et des abonnements à prix cassé, jusqu'à la fin de l'été.