Transports

Neuf morts accidentelles dans le métro en 2015, 400 accidents graves : la RATP lance une nouvelle campagne de prévention

Par Armêl Balogog, France Bleu Paris Région et France Bleu lundi 29 août 2016 à 19:06

La RATP mise sur l'humour pour faire baisser le nombre d'accidents sur le métro et le RER
La RATP mise sur l'humour pour faire baisser le nombre d'accidents sur le métro et le RER - RATP

La RATP lance une campagne de communication inédite contre les comportements à risque dans le métro et le RER. A cette occasion, elle publie pour la première fois les chiffres de la mortalité et des accidents dans les transports.

La scène est assez connue, et pour ainsi dire, "on l'a tous fait" : la sonnerie du métro retentit au loin, mais on ne veut pas le rater, alors on court sur le quai et on saute entre les portes pendant qu'elles se referment. Une mauvaise habitude dont on oublie le danger, et pourtant, il est possible de se retrouver de tomber dans l'espace entre le train et le quai ou de rester coincé entre les portes. C'est ce qui est arrivé à Eric :

J'avais douze-treize ans, c'était au début quand je commençais à aller à Paris, j'avais été coincé au niveau de la tête, et ça fait très mal.

Reportage dans les couloirs du métro : "J'avais été coincé au niveau de la tête" dans les portes du métro

En 2015, la RATP a recensé 400 accidents graves causés par ce type de comportements hâtifs, quotidiens et dangereux. En 2015 également, neuf personnes y ont laissé la vie. Des chiffres qui peuvent être relativisés, comparés aux sept millions de voyageurs quotidiens des transports parisiens, mais qui montrent que le métro est dangereux.

"Un accident grave par jour par manque d'attention"

Depuis début 2016 (huit mois), quatre personnes sont déjà mortes lors d'accidents dans le métro, mais la RATP a bon espoir de voir ce chiffre s'arrêter et celui des accidents diminuer, grâce à sa nouvelle campagne de prévention. Sur sept nouvelles affiches, placardées sur les murs des stations de métro ou de RER, une phrase fait office de slogan : "Un accident grave par jour par manque d'attention" - en fait il y en a plus que ça.

Au-dessus, des scénettes représentent les comportements à risque avec humour, notamment pour prévenir les 274 chutes annuelles dans l'espace entre le quai et le train, mais aussi d'autres types de comportements : il ne faut pas courir dans le métro, porter des écouteurs, tendre les bras, se tenir trop près du bord du quai, etc.

De l'humour noir pour provoquer un déclic chez les usagers, à l'image d'une campagne de la compagnie de transport de Melbourne, qui a permis de réduire le nombre d'accident de 30 % en un an. Une campagne certes un peu cynique, mais Anaïs Lançon, la direction de la communication et de la marque de la RATP, préfère le terme "humoristique". Pourtant c'est bien sur l'effet de surprise que compte Philippe Martin, le directeur général adjoint en charge des opérations de transport et de la maintenance :

On pense que les gens vont avoir un déclic et vont prendre conscience de cette campagne. Ils vont peut-être se réinterroger sur des comportements auxquels les gens ne font plus attention.

Respecter les consignes de sécurité, dans le train comme dans l'avion

En plus des affiches, pour marquer le début de sa campagne, la RATP a demandé à plusieurs comédiens d'incarner des "hôtesses de train" et des stewards, et d'intervenir dans le RER A et les lignes 6 et 9 du métro, le lundi 29 août. L'idée est simple : il faut respecter les consignes de sécurité dans le train comme dans l'avion. Les comédiens ont effectué une chorégraphie humoristique, elle aussi pour rappeler les bons gestes à adopter :

Un spectacle qui a beaucoup plu à Thibaut, un voyageur, qui est sûr d'y repenser pendant "au moins quelques jours" :

Voir la démonstration de l'hôtesse RATP m'a fait prendre conscience qu'il y avait effectivement un petit danger à porter le casque au bord du quai.

Partager sur :